RDC: le gouvernement veut mettre sous concession toutes les entreprises ferroviaires

SNCC
PAR Deskeco - 17 oct 2020, Dans Finances

Ce projet du gouvernement ressemble à une fuite en avant étant donné que toutes les entreprises ferroviaires de la RDC sont en lambeaux. 

Le ministre du Portefeuille, Clément Kuete, a présenté au Conseil des ministres du vendredi 16 octobre un « Projet de Convention de Collaboration portant sur la mise en concession des Infrastructures ferroviaires et de l’exploitation de l’Activité ferroviaire en République Démocratique du Congo ».

Ce projet a été au préalable analysé par une commission technique placée sous la présidence du Secrétaire Exécutif du COPIREP (Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques) et composée d’experts de la présidence de la République, du ministère du Portefeuille, du Conseil Supérieur du Portefeuille (CSP) et du COPIREP.

« La Commission a préparé le projet de contrat à présenter, en même temps que son rapport d’analyse dudit projet. Celui-ci a aussi fait l’objet d’un examen par les représentants des entreprises publiques ferroviaires concernées, à savoir la SCFUF S.A, la SCTP S.A et la SNCC S.A, ainsi qu’avec le représentant du partenaire CRD A.G. La présente convention de collaboration a pour objet de fixer le cadre général du Projet et de définir les droits et obligations respectifs de l’Autorité concédante et de la Société concessionnaire dont la mission sera d’assurer la conception, le financement, la modernisation, la construction, l’exploitation et la maintenance d’un réseau ferroviaire intégré de 10.000 (dix mille) kms en République Démocratique du Congo ainsi que la réalisation des projets connexes », rapporte le compte rendu du Conseil des ministres présenté par le porte-parole du gouvernement, Jolino Makelele.

Après débats et délibération, précise le compte rendu, ce projet de convention a été adopté « sous réserve du respect par le concessionnaire des conditions suspensives contraignantes y introduites notamment en termes de délais, et qui sont considérées comme prérequis avant l’entrée en vigueur de ladite convention ».

Il sied de préciser que toutes les grandes entreprises publiques ferroviaires de la RDC sont dans un état de quasi faillite, avec d’importantes dette sociale, des infrastructures obsolètes, non sans oublier l’état défectueux des chemins de fer. Le redressement par le COPIREP de ces entreprises, notamment la SNCC et la SCTP, n’a jamais porté de fruit. Dès lors, ce nouveau Projet de convention risque de ne pas porter des fruits escompter étant donné que ces sociétés doivent d'abord être mises aux standards requis avant de penser à leur développement.

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires