RDC: la LUCHA exhorte le gouvernement à réduire le train de vie des institutions et de leurs animateurs pour accroitre les dépenses pro-pauvres

gouvernement Ilunkamba
PAR Deskeco - 16 oct 2020, Dans Finances

La LUCHA constate et dénonce « l’opacité dans la gestion des fonds alloués mais aussi la gestion des informations relatives à la riposte anti-coronavirus ». Elle le dit dans un rapport publié le 15 octobre à la suite d’une étude menée durant le mois de juin dans 6 provinces du pays  (Nord et Sud-Kivu, Kasaï oriental, Tshopo, Haut Katanga et Kinshasa). 

Dans les conclusions de ce rapport, le mouvement citoyen demande aux autorités nationales de diligenter « rapidement à travers l’inspection générale des finances (IGF) ou la Cour de comptes des enquêtes sérieuses sur l’affectation des fonds alloués pour la lutte contre la pandémie afin d’établir les responsabilités éventuelles à tous les niveaux ». 

Pour ce qui concerne l’IGF, une enquête a déjà été menée, le rapport sur environ 6 millions USD géré par le ministère de la santé été transmis à la justice. 

Le mouvement citoyen demande particulièrement au parlement de réaliser des contrôles parlementaires rigoureux afin de garantir la redevabilité des gouvernants et la transparence dans la gestion des ressources mobilisées et affectées à chaque intervenant. La même recommandation est faite aux provinces. La Lucha suggère aussi aux partenaires internationaux de s’assurer de la transparence dans la mobilisation et l’affectation de l’ensemble des ressources levées dans le cadre de cet appui à la riposte contre la Covid-19.

L'enquête s’est déroulée auprès d’un échantillon composé d’une part des populations à la base et d’une autre part des prestataires de la santé composés de personnels des zones de santé, des structures de prise en charges des patients souffrant de Covid-19 et des équipes de coordination de la riposte, dit le mouvement citoyen.

Bien plus, la LUCHA constate qu’au moins 8 commerçants sur 10 disent avoir enregistré des manques à gagner dans leurs activités pour l’ensemble des régions couvertes par l’enquête. Elle remarque aussi que les plus grandes pertes ont été constatées auprès des petits commerçants particulièrement dans le Kasaï (80%) où les restrictions de la mobilité des commerçants semble a certainement eu impact sur les activités. Ainsi, le mouvement citoyen suggère aux gouvernants de « faire preuve de patriotisme en réduisant drastiquement le train de vie des institutions et de leurs animateurs afin de contribuer à l’effort de solidarité avec la population davantage démunie ».

LIre la suite ICI

 
 

Articles similaires