RDC : Déogratias Mutombo insiste sur la lutte contre la corruption et la fraude pour accroitre les recettes publiques (Conseil des ministres)

corruption
PAR Deskeco - 12 sep 2020 09:21, Dans Corruption

Le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Déogratias Mutombo, a été invité à la 48ème réunion du Conseil des ministres du vendredi 11 septembre pour faire sa présentation sur l’évolution de la situation récente sur les marchés des changes ainsi que des biens et services. Au terme de sa présentation, Déogratias Mutombo, en tant conseil économique et financier du gouvernement, a recommandé « la poursuite du respect strict des engagements pris dans le cadre du Pacte de stabilité ; la mise en place des stratégies efficaces de lutte contre la fraude et la corruption en vue de l’amélioration de la mobilisation des recettes publiques », indique le compte rendu du Conseil des ministres.

Sur la situation récente sur les marchés des changes ainsi que des biens et services dans la période allant du 3 au 10 septembre 2020, le gouverneur de la Banque Centrale du Congo a indiqué que « globalement, l’économie nationale a été marquée par la poursuite de la stabilité de la monnaie nationale et le ralentissement de l’inflation ».

A l’en croire, la stabilité du marché des changes et celui des biens et services est consécutive aux mesures prises dans le cadre du Pacte de stabilité. Il a ainsi souligné les interventions indirectes sur le marché des changes au moyen du règlement, en devises, d’une fraction importante des dépenses publiques en vue de répondre aux besoins des opérateurs économiques notamment des importateurs.

Quant au ralentissement du rythme de formation des prix constaté, Déogratias Mutombo a noté qu’il est en corrélation avec la faible volatilité du taux de change observée au courant de la semaine.

Le président de la République, Félix Tshisekedi, a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. La RDC perdrait jusqu'à 15 milliards USD chaque année à la suite de la corruption qui est qualifiée de fléau national par plusieurs analystes. 

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires