George Clooney : « Quand des gouvernements ferment les yeux, le crime organisé et le financement du terrorisme seront toujours florissants » (Rapport The Sentry)

Georges Clooney
PAR Deskeco - 20 aoû 2020 09:14, Dans Corruption

Dans un rapport publié ce mercredi, The Sentry, l’ONG fondée par George Clooney et John Prendergast, pointe du doigt la Corée du Nord, qui selon l’organisation, a exploité des vulnérabilités présentes dans certaines parties du secteur bancaire de la RDC afin d’accéder au système financier mondial. Tout cela dans le but, dit-elle, d’échapper aux sanctions internationales visant à interrompre son programme d’armement nucléaire.

Dans ce document intitulé « Affaires risquées » The Sentry évoque des manquements au devoir de vigilance, aggravés par ce que l’ONG appelle corruption enracinée impliquant « des alliés de l’ancien président Joseph Kabila », qui auraient « clairement enfreint aux sanctions des Nations Unies, de l’Union européenne et des États-Unis ». 

Ce rapport explique la façon dont deux ressortissants nord-coréens (Pak Hwa Song et Hwang Kil Su), par le biais de leur entreprise Congo Aconde, ont ouvert un compte bancaire libellé en dollars américains en RDC « leur permettant d’accéder ainsi au système financier international ». Les deux hommes ont entrepris des projets de construction dans le pays, dont des statues.

« Les activités que nous avons exposées dans cette enquête suggèrent que la RDC sert de refuge pour des personnes contournant des sanctions. Sans le moindre effort pour dissimuler leur nationalité d’origine, deux ressortissants nord-coréens ont réussi à créer une entreprise en RDC, ont été engagés par des responsables du gouvernement pour réaliser des projets de construction financés par des fonds publics et ont accédé au système financier international. Les manquements au devoir de vigilance et la corruption qui ont permis cette brèche enfreignent clairement les sanctions des Nations Unies, de l’Union européenne et de la Corée du Nord, mettant en danger l’économie entière du Congo », a déclaré John Dell’Osso, Enquêteur principal chez The Sentry.

The Sentry dit avoir consultés des documents qui permettent d’identifier la succursale parisienne de BMCE Bank International, dont le siège se trouve à Londres, comme le partenaire bancaire désigné pour traiter des transactions en dollars et en euros pour le compte de Congo Aconde à Afriland First Bank.

« Ne pensez pas une seule seconde que la corruption et le blanchiment d’argent dans un endroit comme la République démocratique du Congo n’impactent pas la sécurité internationale. Quand des banques échouent à appliquer des exigences de base en matière de conformité—et quand des gouvernements ferment les yeux—le crime organisé et le financement du terrorisme seront toujours florissants », a dit George Clooney, co-fondateur, The Sentry.  

L’ONG demande ainsi au gouvernement congolais, à travers la Cellule nationale des renseignements financiers (CENAREF), de mener des enquêtes indépendantes et rigoureuses portant sur des opérations financières douteuses.

Pour The Sentry, le gouvernement congolais devrait également adhérer au Groupe Egmont, un forum international des cellules de renseignements financiers qui vise à promouvoir le partage d’informations.

Pour sa part, John Prendergast, Co-fondateur, The Sentry, note que : « la Corée du Nord est partie à la chasse partout dans le monde, cherchant dans chaque coin et recoin un point d’accès au système financier mondial. Elle a trouvé une ouverture en RDC, au cœur d’une parfaite tempête de vulnérabilités des secteurs public et privé. En dépit d’élections historiques qui ont mis fin à la présidence kleptocratique de Joseph Kabila, une corruption profondément enracinée, particulièrement liée aux réseaux influents de Kabila, continue de plonger dans la misère le peuple congolais et de menacer la sécurité régionale et globale ».

Congo Aconde a érigé deux statues dans la province du Haut-Lomami. La société avait également remporté l’appel d’offres de construction d'un parc public à Kinshasa. 

Pour sa part, Afriland First Bank note que les constructions dans la province du Haut-Lomami ont été financées par la province et l’exécution a été faite au niveau local. En analysant le compte de ces clients, la banque dit n’avoir constaté aucun mouvement de transfert vers l’étranger « ni sortant ni entrant ». 

Afriland First Bank ajoute que c’est la Corée du Nord en tant que pays qui a été sanctionnée, mais pas tous les citoyens nord-coréens. La banque dit aussi que cette entreprise est privée et les deux clients dont il est question ne figurent pas sur la liste noire américaine. Avec ces arguments et considérant le fait que le rapport parle de plusieurs banques et ne cite qu’une seule, Afriland First Bank se considère comme victime d’un acharnement.

Pour The Sentry, les activités de Congo Aconde ne sont que le dernier exemple d’opérations impliquant la RDC et la Corée du Nord soupçonnées d’aller à l’encontre de sanctions. 

Lire la suite sur ACTUALITE.CD

 
 

Articles similaires