RDC : le Premier ministre charge lourdement Félix Tshisekedi sur l'arrestation "arbitraire" de Tunda ya Kasende

Premier ministre
PAR Deskeco - 28 juin 2020, Dans Actualités

C'est un tsunami politique qui s'annonce en RDC. Non seulement le Premier ministre indexe le Chef de l'État mais il lui donne même une injonction pour réparer la faute.

Le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, dans un communiqué diffusé tard dans la soirée du 27 juin à l'issue de la réunion qu'il a tenue avec les vices-premiers ministres et les ministres d'État, charge lourdement le président de la République, Félix Tshisekedi, sur l'arrestation du ministre de la Justice, Tunda ya Kasende, à la suite de la transmission à l'Assemblée nationale, à l'insu du chef de l'État et sans délibération du Conseil des ministres, des avis du gouvernement sur les trois propositions de lois portant sur la réforme de la magistrature.

Pour le Premier ministre, l'arrestation de Tunda ya Kasende est non seulement "arbitraire" mais aussi un "incident grave" de nature à fragiliser la stabilité et le fonctionnement harmonieux des institutions voire à "provoquer la démission du gouvernement".

De ce fait, le Chef du gouvernement charge le président de la République "d'assurer le respect de l'État de droit et de veiller au respect de toutes les procédures constitutionnelles, légales et réglementaires, notamment les immunités dont sont couverts les membres du gouvernement".

De même, Sylvestre Ilunga charge Félix Tshisekedi de "garantir le respect du secret des délibérations du Conseil des ministres". "Aucun membre du gouvernement ne peut être poursuivi pour des opinions émises lors des délibérations du Conseil des ministres", rappelle le Premier ministre à l'attention du chef de l'État.

Ce n'est pas tout puisque le Premier ministre demande même au président de la République, comme pour le contraindre à réparer la faute, de "saisir le Conseil supérieur de la magistrature pour l'ouverture d'une action disciplinaire à charge des magistrats qui ont procédé à l'arrestation arbitraire vice-premier ministre de la Justice".

Ilunga

Le ministre Tunda ya Kasende a été interpellé par la police à son domicile le samedi 27 juin puis auditionné au Parquet général de la cour de cassation avant d'être relaxé dans la soirée. Dans le compte rendu du conseil des ministres du vendredi 26 juin, il lui a été reproché de transmettre à l'Assemblée nationale "sur initiative personnelle" les avis du gouvernement sur les trois propositions de lois qui ont provoqué des marches pendant deux jours au début de cette semaine.

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires