RDC : le gouvernement a levé 28,3 milliards FC le mardi 11 février avec les Bons du Trésor

monnaie nationale
PAR Deskeco - 12 fév 2020, Dans Finances

Les adjudications des Bons du trésor du mardi 11 février 2020 ont rapporté 28,3 milliards FC (16,805 millions USD) alors que c’est 20 milliards qui étaient visés, soit annonce un communiqué du ministère des Finances.

Ces Bons du Trésor ont une maturité de trois mois et ont été octroyés au taux d’intérêt de 5%.

Au total 4 soumissionnaires ont été servis sur les 5 qui avaient souscrit un montant global de 38,3 milliards FC.

A la première semaine du mois de février 2020, le gouvernement a levé 15 milliards FC avec les Bons du trésor.

Le gouverbement de la République démocratique du Congo tient à diversifier ses sources de financement. C'est ainsi que depuis septembre 2019, le marché des titres du trésor a été lancé avec notamment les Bonds du Trésor.

Pour les quatre derniers mois de 2019, le gouverbement a levé sur le marché intérieur 112 milliards FC sur les 150 milliards FC qui étaient visés.

Pour 2020, le gouverement veut lever 350 milliards FC au moyen des Bons du trésor.

Selon le ministère des Finances, les Bons du Trésor présentent 4 avantages pour les opérateurs économiques:

Premièrement, le Décret n°18/025 du 11 juin 2018 fixant les modalités d'émission et de remboursement des Bons du Trésor et Obligations du Trésor qui crée ce nouveau marché, prévoit le débit automatique du Compte Général du Trésor. Par conséquent, il est prévu, le crédit automatique des comptes courants des souscripteurs qui détiennent les valeurs concernées. Ce mécanisme a été prévu pour éviter toute accumulation d’arriérés.

Soyez rassurés de la détermination du Ministère des Finances à respecter cet engagement. Il s’agit, en effet, d’un défi majeur que nous ne pouvons ignorer eu égard à la nécessité de renforcer la confiance en la signature de l’Etat ;

Deuxièmement, les intérêts perçus par les souscripteurs sont défiscalisés. Il importe de souligner que nous ne comptons pas modifier cette disposition de la Loi de finances ;

Troisièmement, les titres sont dématérialisés, exclusivement inscrits en comptes-titres, ce qui exclut le risque de perte de ces valeurs ;

Quatrièmement, et enfin les titres sont négociables afin de permettre aux agents économiques de récupérer, éventuellement leurs ressources avant l’échéance.

 Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires