ZLEC : Moussa Faki optimiste sur l’entrée en vigueur de l’Accord

PAR Deskeco - 09 fév 2019, Dans Actualités

Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l'Union Africaine (UA), considère que les avancées enregistrées s’agissant de la Zone de libre-échange sont « particulièrement encourageantes ». A l’ouverture vendredi de la trente quatrième session ordinaire du conseil exécutif de l’organisation de l’Union africaine, il a estimé qu’au rythme actuel de ratification, l’on peut anticiper l’entrée en vigueur de l’Accord dans les semaines à venir.

« Je forme l’espoir que les six pays qui n’ont pas encore signé cet instrument le feront dans les délais les plus brefs et que ceux qui ont déjà franchi ce pas concluront rapidement les procédures de ratification », a t-il déclaré.

La RDC avait signé en mars 2018 l’accord sur la zone de libre-échange en Afrique. C’était à l’issue du 18ème sommet extraordinaire du Conseil Exécutif de l’Union Africaine à Kigali. C’est Léonard She Okitundu Lundula, Vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale qui avait signé cet accord au nom de Joseph Kabila dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Dans le cadre de la ZLEC, la RDC compte d'ailleurs libéraliser les secteurs prioritaires suivants: les finances, la communication, les assurances, le tourisme et le transport.

Telle que présentée, cette zone le libre-échange devra permettre la création d’un marché de plus d’un milliard deux cents millions de personnes, avec un produit brut combiné de plus de trois milles milliards de dollars.

Moussa Faki Mahamat, dans son discours, a aussi plaidé en faveur de l’accélération du processus de la mise en œuvre du Marché unique pour le transport aérien et le Protocole sur la liberté de circulation des personnes et le passeport africain.

Le président congolais, Félix Tshisekedi, est arrivé d’ailleurs à Addis-Abeba ce samedi pour participer à ce sommet de l’UA.

La ZLEC devra regrouper le marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’union du Maghreb arabe et la communauté des États sahélo-sahariens, la communauté d’Afrique de l’Est (CAE), la communauté de développement d’Afrique australe (SADC) et la communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC).

 

Articles similaires