La RDC lance ce vendredi 4 octobre les premières adjudications des bons du Trésor 

PAR Deskeco - 04 oct 2019, Dans Actualités

    Le ministère des Finances et la Banque centrale du Congo (BCC) organisent ce vendredi 4 octobre à Kempinski Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa une cérémonie devant donner le go de lancement des premières adjudications sur les bons du Trésor.

    C'est depuis le 30 août 2019 que le ministère des Finances avait publié le Programme annuel d’émission des Bons du Trésor et le calendrier trimestriel des adjudications.

    Le gouvernement congolais veut ainsi lever sur le marché local un montant de 150 milliards de FC 89 millions USD) au titre d’émission des Bons du Trésor.

    "Aujourd’hui, j’ai l’honneur de vous informer que le Ministère des Finances procède, ce vendredi 4 octobre 2019, à la publication de la première annonce d’adjudication. Ainsi que l’indique le calendrier publié sur le site internet du Ministère des Finances (www.minfinrdc.com) et celui de la Banque Centrale du Congo (www.bcc.cd), ces premières adjudications auront lieu le 8 octobre 2019", indique le message du vice-ministre des Finances, Junior Mata.

    Selon le vice-ministre des Finances, le Gouvernement de la République a décidé de lancer les Bons du Trésor et les Obligations du Trésor "pour, d’une part, diversifier ses sources de financement et, d’autre part, mettre à la disposition des agents économiques un instrument additionnel de placement de leurs excédents" .  

    Le programme des émissions des Bons du Trésor prévoit l’émission de 4 bons du Trésor en octobre 2019 pour un montant total de 48 milliards FC ; 4 autres Bons du Trésor en novembre 2019 pour un montant de 36 milliards FC ; et 5 Bons du Trésor en décembre 2019 pour un montant total de 66 milliards FC.

    "Je sollicite en ce jour votre adhésion à ce nouvel instrument de financement de notre économie. Je voudrais, par cette même occasion, vous rassurer que le Gouvernement a pris toutes les dispositions pour garantir le bon déroulement de ces opérations", a ajouté le vice-ministre des Finances avant de citer quatre avantages à la souscription à ces bons du Trésor.

    Premièrement, a-t-il dit, le Décret n°18/025 du 11 juin 2018 fixant les modalités d'émission et de remboursement des Bons du Trésor et Obligations du Trésor qui crée ce nouveau marché, prévoit le débit automatique du Compte Général du Trésor.

    "Par conséquent, il est prévu, le crédit automatique des comptes courants des souscripteurs qui détiennent les valeurs concernées. Ce mécanisme a été prévu pour éviter toute accumulation d’arriérés. Soyez rassurés de la détermination du Ministère des Finances à respecter cet engagement. Il s’agit, en effet, d’un défi majeur que nous ne pouvons ignorer eu égard à la nécessité de renforcer la confiance en la signature de l’Etat", rassure-t-il.

    Deuxièmement, les intérêts perçus par les souscripteurs sont "défiscalisés" et le Gouvernement s'engage à ne pas modifier cette disposition de la Loi de finances.

    "Troisièmement, les titres sont dématérialisés, exclusivement inscrits en comptes-titres, ce qui exclut le risque de perte de ces valeurs. Quatrièmement, et enfin les titres sont négociables afin de permettre aux agents économiques de récupérer, éventuellement leurs ressources avant l’échéance", indique Junior Mata pour rassurer les souscripteurs à ces bons du trésor.

    C'est depuis 1995 que le gouvernement congolais n’a plus émis des titres d’emprunt sur le marché intérieur. Au Ministère des Finances, on explique cette absence par la situation politique et sécuritaire de l’époque, couplée à un contexte économique difficile qui ne permettait plus la poursuite de ces opérations.

    A savoir, le Budget de l’Etat est constitué, d’une part, des recettes et, d’autres part, des dépenses. Il en découle un solde. Lorsque les dépenses engagées sont supérieures aux recettes enregistrées, le solde est réputé déficitaire. Pour couvrir ce déficit, trois possibilités s’offrent à l’Etat : Premièrement, l’Etat peut recourir à l’endettement extérieur ; Deuxièmement, Il peut emprunter au niveau du marché intérieur auprès de la Banque Centrale qui lui accorde des avances à court terme. L’on parle alors du financement monétaire auprès de la Banque Centrale du Congo ; Enfin, l’Etat peut recourir au secteur privé, soit auprès des banques commerciales, soit auprès des ménages et entreprises.

    Pour emprunter auprès du secteur privé, l’Etat émet des Bons du Trésor, qui sont des titres d’emprunt à court terme, ou des Obligations du Trésor qui sont des titres d’emprunt à moyen et long terme.

Amédée Mwarabu

Articles similaires