RDC : Le groupe Banro suspend les activités  minières de plusieurs de ses filières suite à l’insécurité dans l’est du pays

PAR Deskeco - 27 sep 2019, Dans Actualités

Dans une note d’information  signée par Brett A. Richards, président et directeur de Banro corporation et dont ACTUALITE.CD  détient une copie, cette mesure de suspension d’activités met également fin aux contrats de travail de tous les employés conformément à l’article 57 point 8 du Code du travail congolais. Il s’agit d’au moins 800 travailleurs. 

Le groupe dit avoir informé les autorités congolaises de nombreuses difficultés sécuritaires sur le site minier de Namoya, notamment des attaques et des enlèvements de la part de groupes armés.

Le 26 juillet 2019 quatre agents de Namoya Mining SA dont un Sud-Africain et un Zimbabwéen  ont été kidnappés par les miliciens Maï Maï Malaïka, très actifs dans le sud de la province du Maniema. Il a fallu la signature d’un Protocole d’accord  entre Banro corporation et le chef rebelle Sheikh Hassan Huzaifa Mitende pour obtenir la libération de 4 agents kidnappés.

Banro regrette également la volonté affichée de cette milice de reprendre le contrôle des mines de Namoya Mining SA. Selon la société, la sécurité de ses employés est compromise et elle craint de nouveaux kidnappings et des assassinats comme cela s’était déjà produit par le passé.

Banro est une société aurifère canadienne, qui exploite des mines en République démocratique du Congo. Le groupe dispose des mines dans les provinces du Sud-Kivu et du Maniema dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Chadrack Londe

Articles similaires