Les pays africains appellent à des solutions collaboratives à l'endettement (Communiqué BAD)

PAR Deskeco - 18 mai 2019, Dans Actualités

Les appels ont été lancés lors d'une réunion consultative de haut niveau sur la vulnérabilité de la dette en Afrique, convoquée conjointement par la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale, à Abidjan, en Côte d'Ivoire.

Des ministres des finances et de l'économie et des représentants de plusieurs pays africains ont participé à la consultation, aux côtés de partenaires de développement.

Adama Koné, ministre des Finances de la Côte d'Ivoire, a félicité la Banque mondiale et le Fonds monétaire international pour leur aide, mais a appelé à davantage de «sources de financement innovantes et stratégiques».

«Nous voulons avoir des obligations libellées en CFA sur les marchés… Comme nous ne sommes pas connus, nous devons payer une prime. Si nous avons un mécanisme de garantie, cela nous permettra d'émettre ces obligations à un prix inférieur », a-t-il déclaré lors d'une table ronde.

Des représentants de la Zambie et du Sénégal ont déclaré qu'ils prenaient des mesures pour remédier à la situation de leur dette, tandis que Richard Evina Obam, ministre des Finances du Cameroun, appuyait l'appel à des sources de financement plus larges, y compris le monde islamique.

Charles Boamah, Vice-président principal de la Banque africaine de développement, a déclaré que le dialogue sur la viabilité de la dette "ne pourrait pas arriver à un meilleur moment".

«C’est au centre des nombreuses discussions qui se déroulent actuellement… Nous ici à la Banque africaine de développement sommes engagés dans quelques discussions très importantes… un 7 e GCI [augmentation générale du capital] et la 15 e reconstitution des ressources de l’AFD [développement africain Fonds] », a déclaré Boamah dans ses remarques liminaires.

Il a ajouté que la gestion de la dette devait prendre en compte les besoins d'investissement et de développement.

Pour atteindre les ODD [objectifs de développement durable] tels que la santé, l'éducation et les infrastructures, «vous avez besoin d'un demi-billion de dollars pour le faire», a déclaré Boamah.

"L'Association internationale de développement (IDA) du Groupe de la Banque mondiale et le Fonds africain de développement (FAD) collaborent dans le but de mieux lutter contre la vulnérabilité de la dette dans les pays de l'IDA et du FAD", a déclaré Akihiko Nishio, vice-président du financement du développement à la Banque mondiale. «Nous devons fournir à nos clients les ressources et le soutien nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable», a-t-il ajouté.

Au cours des sept dernières années, le profil de la dette publique de la plupart des pays africains à revenu faible et à revenu intermédiaire s'est considérablement détérioré. Deux fois plus de pays sont maintenant considérés comme confrontés à de graves problèmes d'endettement.

En janvier 2019, 17 pays emprunteurs de l'IDA et du FAD couraient un risque élevé de surendettement extérieur ou étaient considérés comme surendettés. C'est le double du nombre de pays qui appartenaient à ces catégories en 2013.

Le groupe de la BAD est la principale institution de financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes: la BAD, le FAD et le Fonds fiduciaire pour le Nigéria (FSN). Sur le terrain dans 41 pays africains avec un bureau extérieur au Japon, la Banque contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres régionaux.

L’IDA est l’une des plus importantes sources de financement de la lutte contre la pauvreté extrême dans les 75 pays les plus pauvres du monde. L'IDA fournit des prêts sans intérêt et des subventions aux pays pour des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, renforcent la résilience et améliorent la vie des pauvres dans le monde. Depuis 1960, l’IDA a fourni plus de 371 milliards de dollars d’investissements dans 113 pays.

AFDB

 
 

Articles similaires