RDC : la première tranche de 210 millions USD du FMI est arrivée, la réserve de change a augmenté d’environ 16%

Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 29 juil 2021 18:27, Dans Actualités

Le gouvernement congolais a bien reçu le premier décaissement de 210 millions USD dans le cadre du programme facilité élargie de crédit (FEC) conclu avec le Fonds Monétaire International (FMI) pour 1,54 milliard USD. Cet argent a permis une augmentation de la réserve de change d’environ 16%.

C’est ce qu’a annoncé ce jeudi le gouvernement à l’issue de la réunion du comité de conjoncture économique.   

« Le premier paiement sur la facilité élargie de crédit est arrivé, de l’ordre de 210 millions USD. Cet argent a été utilisé pour le renforcement de niveau de la réserve de change en vue de consolider notre monnaie. Donc nous avons une augmentation d’environ 16% de la réserve de change », a dit le ministre d’Etat du Plan, Christian Mwando.

Gabriel Leost, Représentant pays du fonds monétaire international (FMI) en RDC avait expliqué sur ACTUALITE.CD que cette somme vient en soutien aux réserves de change en contribuant à la stabilisation externe et interne monétaire et financière du pays, et ensuite, il permettra la stabilisation du cadre macroéconomique.

« Il ne s'agit pas d'un 1,54 milliard USD en une seule fois. Ce sont des décaissements en plusieurs tranches tout au long du programme des autorités congolaises que soutient le FMI. Donc le premier décaissement est immédiat suite à l'approbation du conseil d'administration que vous aviez mentionné pour 217 millions USD et ensuite il y aura des décaissements au fur et à mesure des revues c'est-à-dire des avancées du programme et de nouveau passage au Conseil d'administration tout au long des mois et des années qui viennent. Cet argent est destiné au soutien des réserves de change donc destiné à la Banque Centrale du Congo et l'idée de cet appui financier est double : la première idée vient en soutien aux réserves de change, contribuer à la stabilisation externe et interne monétaire et financière du pays, stabilisation macroéconomique », avait-il dit.

 

 

 

 
 

Articles similaires