RDC : la création d'emplois, l'amélioration des conditions de travail et l'assurance de la sécurité sociale des travailleurs, des défis à relever par le gouvernement Sama Lukonde

Emploi en RDC. Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 25 mai 2021 08:41, Dans Actualités

La création d'emplois, la garantie des salaires décents ainsi que la sécurité sociale des travailleurs n'ont pas souvent fait l'objet des préoccupations des pouvoirs publics depuis plusieurs décennies. Les conditions sociales des travailleurs se sont considérablement dégradées.

Le pouvoir d'achat du travailleur s'est détérioré au fil des années, le salaire est devenu dérisoire et se situe actuellement à un seuil humainement inacceptable. En effet, le salaire minimum interprofessionnel garantie, SMIG, fixé depuis 2008 à 100 dollars par mois (soit 3,30 dollars par jour), est non seulement dérisoire au regard du panier de la ménagère mais surtout, il s'est progressivement effrité sous les effets de l'érosion monétaire. 

La sécurité sociale n'est pas garantie. Malgré l'existence de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), la mise à la retraite du travailleur congolais accentue chez ce dernier la précarité, l'angoisse du lendemain et précipite sa mort, dans la plupart de cas.

L'absence des perspectives d'emplois stables et bien rémunérés a envoyé beaucoup des congolais dans les activités marginales relevant du secteur informel et nombreux sont des congolais qualifiés, mais qui se résignent à exercer des activités ne correspondant pas à leur niveau de qualification, soit à prendre le chemin de l'exil, espérant trouver mieux à l'étranger. 

Pour y remédier, le gouvernement Sama Lukonde devrait s'engager à concevoir et à mener une politique responsable en matière d'emploi, de salaires et de sécurité sociale des travailleurs. L'actuel gouvernement est censé donner aux congolais des perspectives et de briser le cercle vicieux du trinôme : "chômage-salaire indécent-incertitude sociale". 

Pour ce faire, plusieurs chercheurs en matière économique, proposent de : 

- Fixer à au moins 10 dollars par jour, soit 300 dollars par mois, le SMIG, qui sera révisable périodiquement suivant les données du panier de la ménagère ainsi que l'évolution du contexte économique du pays ;

- Protéger l'emploi et les perspectives de carrière, en baissant tout recours au service permanent d'un congolais sans contrat de travail, exposant ainsi le travailleur aux abus de tous ordres de la part des employeurs peu scrupuleux ;

- Garantir une retraite paisible au travailleur. A cet effet le gouvernement devra instituer des rencontres paritaires syndicat-patronat en vue de disposer d'un cadre de concertation permanent où seront débattues les questions liées au monde du travail et plus particulièrement au régime de la sécurité sociale.

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires