RDC : les acteurs du numérique s'opposent aux nouvelles taxes fixées par les ministères des PT-NTIC et Finances

Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 28 mar 2021 16:57, Dans Actualités

En RDC, les acteurs du numérique protestent contre l'arrêté interministériel (PT-NTIC et finances) portant fixation des taux des droits, taxes et redevances que doit percevoir le ministère des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et la communication (PT-NTIC) dans ce secteur.

Selon ledit arrêté, les applications mobiles devront payer 1500 USD et les services de contenus en ligne 500 USD, de façon annuelle.

Pour sa part, Bonny Maya, directeur général de la start-up Tinda, trouve que la taxe fixée par cet arrêté va à l'encontre de la promotion du numérique congolais. 

"C'est une taxe qui va à l'encontre de la promotion de l'économie numérique du pays. Le président Tshisekedi a promulgué le Plan national du numérique qui vise à promouvoir le développement de l'économie numérique du pays. Ce qui vise l'adhésion du grand public à l'usage des applications mobiles, des sites internet des contenus ou des services. Et ces taxes obligent ces applications et sites de payer des frais annuels de l'ordre de 1500 USD pratiquement pour chaque service. Si ces frais sont cumulés, chaque application ou site internet devrait payer jusqu'à 4 000 USD. Ce qui va à l'encontre de la promotion du numérique", a-t-il déclaré à ACTUALITE.CD.

Il trouve ces prix assez élevés et condamne cette démarche entreprise par le gouvernement.

"Ces prix sont exorbitants et ces taxes sont illégales et ne devraient pas être d'application. Sous d'autres cieux, le gouvernement accompagne les services de contenus numériques à pouvoir émerger pour que les pays connaissent une bonne transformation digitale mais ici au lieu d'accompagner ces services, on nous oblige à payer plus des taxes", poursuit-il. 

De ce fait, il demande à ce que ces taxes soient annulées. 

"Nous demandons à ce que toutes ces taxes qui ont été imposées soient annulées", a-t-il conclu. 

Bien d'autres acteurs attaquent cet arrêté et demandent son annulation pure et simple. 

Baya Ciamala de l’application Baziks  a twitté :

« Le président de la république veut promouvoir l’économie numérique. Lui-même le ministre a organisé une campagne « investir dans le numérique » très nécessaire pour booster l’économie numérique et les pure players du secteur. Je suis étonné de voir le même ministre se porter en faux avec ses mesures ».

Cet arrêté a été publié le 17 décembre 2020 au journal officiel de la RDC.

Par ailleurs, le comité startup-now a initié une pétition en ligne sur change.org adressée au président de la République pour obtenir l'annulation de ces taxes.

En RDC, moins de 10% de la population se connecte sur internet. Ce qui revient à dire que les applications mobiles ainsi que les sites web ne génèrent pas grand chose. La fracture numérique est extrêmement remarquable. Ce secteur ne bénéficie même pas d'une subvention du gouvernement. Ces taxes risquent d'être un grand frein pour le développement de l'écosystème numérique  du pays. 

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires