RDC : UNIS, WIN et d'autres associations appellent Félix Tshisekedi à peser de tout son poids pour obtenir l'annulation de la condamnation à mort de 2 anciens auditeurs de Afriland First Bank

Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 26 mar 2021 09:07, Dans Actualités

Dans une lettre ouverte adressée au président Félix Tshisekedi, UNIS RDC et Whistleblowing International Network (WIN) ainsi que 50 supporteurs du monde entier condamnent sans équivoque le jugement rendu par le Tribunal de Gombe (Kinshasa) à l’encontre de deux anciens auditeurs de Afriland First Bank les condamnant à mort pour avoir lancé l’alerte.

Ces associations appellent le président Tshisekedi a pesé de tout son poids pour obtenir l'annulation du processus juridique ayant conduit à ce jugement du tribunal de Gombe.

"Nous écrivons au Président Tshisekedi pour exiger d’urgence que le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) prenne des mesures immédiates pour annuler le processus juridique frauduleux qui a conduit à ce jugement scandaleux du tribunal, prendre des mesures pour féliciter publiquement les deux lanceurs d’alerte pour leurs actions et prendre des mesures pour les protéger, eux et leurs familles, de toute nouvelle mesure de représailles. Cela comprend le lancement d’une enquête sur ceux qui les ont menacés", indique cette lettre ouverte.

Ces mouvements appellent également le président Tshisekedi ainsi que son gouvernement à mettre en place des mécanismes nécessaires pour la protection des lanceurs d'alerte congolais.

"Nous exigeons également que le Président Tshisekedi et son Gouvernement mettent en œuvre le cadre juridique et institutionnel qui est nécessaire pour protéger les 
lanceurs d’alerte congolais, les citoyens qui défendent ce qui est juste dans l’intérêt public de leur pays, de leurs communautés et de leurs lieux de travail", disent-ils.

Anna Myers, Directrice exécutive de WIN a déclaré :

« Les tactiques qui ont été utilisées pour faire taire ceux qui tiennent responsables les plus puissants en République démocratique du Congo rappellent de nombreux autres cas de lanceurs d’alerte dans le monde, mais dans ce cas, les méthodes sont féroces et honteuses ».

L’utilisation d’un processus judiciaire qui a conduit un tribunal à condamner à mort deux auditeurs qui faisaient leur travail trahit, comme l’a souligné PPLAAF, l’embarras que les allégations ont infligé à ceux qui ont été exposés ou craignent d’être exposés. L'action en justice qui a débouché sur ce jugement semble être qu'une partie d'une campagne concertée, et défectueuse, visant à réduire au silence les deux courageux lanceurs d’alerte, M. Navy Malela et M. Gradi Koko, et à effrayer toute autre personne qui ose remplir ses devoirs civiques et professionnels et remettre en question un statu quo toxique.

Ces plateformes de la société civile dénoncent le fait que, non seulement deux lanceurs d'alerte et leurs familles ont été menacés et contraints de quitter leur pays pour leur propre sécurité, mais une campagne de diffamation a été lancée sur les réseaux sociaux contre deux organisations indépendantes de la société civile, la Plateforme de Protection des Lanceurs d’Alerte en Afrique (PPLAAF) et Global Witness, qui ont soutenu les lanceurs d'alerte et enquêté sur leurs révélations. Tout cela fait partie de ce qui semble être une tentative paniquée de détourner l'attention du fond des allégations qui ont été faites.

Ce ne sont pas les premières représailles subies par les lanceurs d'alerte en RDC. Ces dernières années, des citoyens congolais qui ont courageusement pris position pour dénoncer des méfaits de la corruption ont subi de lourdes conséquences. Par exemple, Jean Jacques Lumumba et Guylain Luwere, également banquiers, ont été menacés d'une arme à feu et contraints à l'exil. Le lanceur d'alerte Claude Mianzuila a passé des mois en prison après avoir dénoncé des détournements de fonds dans une société minière.

"Navy Malela et Gradi Koko ont agi de manière responsable et courageuse au nom de la nation congolaise et de son peuple", a déclaré Jean-Jacques Lumumba, lanceur d'alerte et banquier congolais. 

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires