RDC: mystère autour du programme de réboisement de Kinshasa lancé en 2016 par Joseph Kabila

JKK
PAR Deskeco - 07 avr 2020, Dans Développement durable

L’on se souviendra que l’ancien Président de la République Joseph Kabila avait personnellement procédé au lancement à Kinshasa, précisément en date du vendredi 22 janvier 2016, du Programme Environnement et Sécurité des Personnes (PESP) dans sa phase de boisement et de reboisement… La cérémonie s’est déroulée au pied de la passerelle de la 1ère Rue Limete en présence de toutes les hautes autorités du pays à l’époque.

Et l’arbre choisi ce jour a pour nom scientifique Aghatis Damara. Conique, tronc ligné, de plus ou moins 30 m de hauteur, avec une floraison une fois l’an, le premier de cet arbre a été justement planté par Joseph Kabila (photo ci-contre), alors Chef de l’Etat. 

En principe ce programme c’était le plus grand projet de reboisement que la capitale congolaise n’avait jamais connu auparavant dans sa partie habitée (de Gombe à Kisenso, de Ngaliema à Kinkole). Une certaine Ong dénommée OGEC (Organisation pour la gestion de l’environnement au Congo), était d’ailleurs en charge de ce programme de reboisement de la ville de Kinshasa. 

Cependant, plus de quatre ans aujourd’hui depuis le lancement dudit programme, ce projet semble donner l’impression de n’avoir jamais existé. D’autant plus que, dans sa majeure partie, la voirie urbaine de la ville de Kinshasa a toujours une couverture végétale minimale. Et avec elle, de nombreux quartiers sont exposés aux érosions et aux inondations.

Il y a également un autre projet similaire qui n’a donné aucun résultat, pourtant, a-t-on appris, le Gouvernement avait déjà mobilisé des moyens conséquents pour la plantation de 2.000 arbres à Kwamouth, province du Kwilu, et le lancement allait intervenir au mois de février 2016.

Nous constatons malheureusement que les autorités congolaises négligent parfois l’activité de boisement et reboisement, pourtant cruciale pour limiter l’émission des gaz à effet de serre dans le cadre du combat mondial pour le climat et la lutte contre les changements climatiques. 

La RDC a déjà perdu 4 millions d’hectares de ses forêts

La sonnette d’alarme est tirée chaque jour au sujet de la déforestation en cours en République démocratique du Congo. Puisqu’ayant ratifié l’Accord de Paris sur le climat, la RDC qui abrite le deuxième poumon vert de la planète se devait d’imprimer sa marque dans ses ambitions de conserver cet atout et de le faire profiter à l’humanité.

Toutefois, des spécialistes affirment que plus de quatre millions d’hectares des forêts congolaises sont déjà perdus en raison de l’exploitation surabondante du bois, principalement par les exploitants forestiers et les exploitants miniers, une partie l’étant pour des travaux champêtres individuels pratiquant un défrichage par brûlis et la cuisson. 

Lire la suite sur DESKNATURE

 
 

Articles similaires