Renégociation des contrats miniers Sino-Congolais : les arguments de l'ambassadeur de Chine, Zhu Jing

ZHU Jing
ZHU Jing, ambassadeur de Chine en RDC.
PAR Deskeco - 01 oct 2021 08:05, Dans Actualités

L'ambassadeur de Chine en RDC, Zhu Jing a abordé la problématique des contrats miniers Sino-Congolais au cours d'un entretien tenu, jeudi 30 septembre, avec les journalistes, dans sa résidence à Kinshasa. 

Selon le diplomate chinois, la RDC est la principale bénéficiaire des contrats Sino-Congolais. Il a indiqué qu'au cours de sept premiers mois de l'an 2021, la RDC a gagné 4,7 milliards USD sur les 7,9 milliards USD réalisés dans les échanges commerciaux Sino-Congolais.

"Durant les 7 premiers mois 2021, les échanges commerciaux entre la Chine et la RDC ont atteint 7,9 milliards de dollars USD. Soit une augmentation annuelle de 97% par rapport à la même période en 2020. Dans les 7,9 milliards USD, la RDC a gagné 4,7 milliards USD. C'est-à-dire que la RDC est largement excédentaire dans les échanges avec la Chine", a révélé  l'ambassadeur de Chine. 

Il a estimé qu'avec "la Chine, la RDC ne dispose plus que des mines mais aussi des chaînes de production et de transformation apportées par les entreprises chinoises".

Pour le diplomate chinois, le partenariat Sino-Congolais a contribué pour le positionnement de la RDC dans le concert des nations comme grande puissance d'exploitation minière.

"La RDC est le grand gagnant de ce partenariat. D'abord, les contrats Sino-Congolais se sont réalisés entièrement avec l'argent des entreprises chinoises avec à la tête la SICOMINES qui prend en charge le financement. Ces entreprises s'endettent auprès des banques chinoises et investissent en RDC. L'Etat congolais sans investir un seul dollars bénéficie d'une industrie minière moderne. Ce qui fait de la RDC une grande puissance mondiale d'exploitation minière. Le contrat Sino-Congolais permet à la RDC d'accéder au premier marché mondial sans passer par les intermédiaires", explique Zhu Jing.

Renégociation des contrats miniers Sino-Congolais

La question de la renégociation et de l'évaluation des contrats miniers Sino-Congolais est déjà évoquée par le gouvernement. 

En effet, l'ambassadeur ZHU Jing dénonce l'ingérence des États-Unis et n'exclut pas la possibilité si nécessaire de la renégociationn de certains contrats Sino-Congolais dans le strict respect des lois.

"Les contrats signés entre la Chine et la RDC n'ont rien avoir avec les Américains. Le partenariat Sino-Congolais ne peut pas être dicté par d'autres États. Quand vous signez les accords, il faut les respecter. Mais cela ne veut pas dire que les accords resterons figés. Si l'on trouve quelque à améliorer, bien sûr, on peut toujours servir discuter objectivement, tranquillement et amicalement. Si l'Etat congolais et les entreprises chinoises sont d'accord pour modifier quelques clauses ou éléments dans leurs accords afin d'améliorer l'efficacité, la visibilité, de ses partenariats, ça ne gêne pas du tout. Mais à condition que ces discussions se déroulent de façon amicale et équitable. Il faut veiller à ce que les droits légitimes de chaque parties soient respectés", indique-t-il.

Contrats Sino-Congolais et les tirs à boulet rouge

Le diplomate chinois a aussi laissé entendre qu'une campagne de diabolisation serait menée contre le partenariat Sino-Congolais.

"La Chine est victime d'une campagne de diabolisation. Il y a plusieurs spéculations médiatiques et des éléments infondés qui discréditent le partenariat Sino-Congolais. Des choses qui ne correspondent pas à la réalité. L'objectif de cette campagne de diabolisation est de détruire le partenariat Sino-Congolais dont la RDC est le grand gagnant", a-t-il dénoncé.

Notons que le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi tient à l'évaluation des contrats miniers Sino-Congolais signés sous son prédécesseur, Joseph Kabila.

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires