RDC : le CNPAV accuse Dan Gertler de vouloir protéger ses actifs miniers mal acquis pendant plus de 20 ans à travers son projet YaBiso

Dan Gertler. Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 22 avr 2021 15:41, Dans Actualités

Au cours d'une conférence de presse tenue ce jeudi 22 avril à Kinshasa, la campagne « le Congo n’est Pas à Vendre » a appelé le gouvernement d’entreprendre les enquêtes immédiates sur les circonstances suspectes ayant donné lieu à la cession des royalties de la Gécamines et de l’Etat aux sociétés liées à l'homme d'affaires israélien, Dan Gertler en toute discrétion et en violation de la loi, et de bloquer toute démarche tendant à légitimer ces transactions, notamment l’enregistrement du projet YaBiso au guichet unique de création d’entreprise en RDC..

Le CNPAV rappelle qu'il y a quelques mois, Dan Gertler a annoncé aux citoyens Congolais son initiative « YaBiso » afin de leur vendre le droit à 30% des royalties qu’il perçoit dans Metalkol, une entreprise qui exploite le cuivre et cobalt près de Kolwezi au détriment de la Gécamines et de l’Etat congolais. 

CNPAV

Le vrai enjeu de YaBiso selon le  CNPAV

La campagne le Congo n’est Pas à Vendre a analysé cette offre, et a compris que le véritable enjeu de YaBiso consiste à légitimer et protéger des actifs miniers mal acquis lors des deux dernières décennies. En effet, en plus de Metalkol, M. Gertler perçoit les royalties de Mutanda et KCC. En offrant en vente 30% d’un seul flux de royalties (Metalkol), Dan Gertler préserve les 70% restants des royalties de Metalkol, ainsi que 100% des royalties de KCC et Mutanda. En termes numériques, basés sur notre analyse détaillée et conservatrice des recettes futures que Dan Gertler pourrait recevoir, il met en vente 7% seulement du total des royalties qu’il espère encaisser, lui permettant de maintenir les 93% restants.

Les intervenants à cette conférence de presse ont dégagé le côté sombre que cache le projet "YaBiso". 

Pour Jean-Pierre Okenda, chercheur au sein de Resource Matters et membre du CNPAV, le projet YABISO n'est pas bénéfique pour le peuple congolais. Il accuse Dan Gertler de se recourir à la population pour se blanchir.

"L’enjeu de YABISO est que Dan Gertler est en quête de la légitimité populaire parce qu’il est acculé par les organisations de lutte contre la corruption. Il veut faire du peuple son refuge pour se blanchir. Il n’a jamais été investisseur, c’est un intermédiaire. Dan Gertler a acquis les royalties à travers des processus discrets, de manière frauduleuse. Il offre, selon nos calculs, 7% des royalties aux congolais, pendant que l’Etat congolais est propriétaire des revenus de ces royalties de 50% de par la loi. YABISO est tout sauf bénéfique pour les congolais", a déclaré Jean-Pierre Okenda.

Prennant par à cette conférence de presse, Florimond Muteba, PCA de l'Observatoire de la Dépense Publique (ODEP), et Jimmy Kande, coordonnateur pays de l'UNIS, ont déconseillé à la population de s'aventurer dans le projet YaBiso. 

Auprès de qui Dan Gertler achète les mines de la RDC ?

"Il achète nos mines auprès des dirigeants congolais. Par exemple, Albert Yuma a signé plusieurs contrats de vente des carrés miniers à Dan Gertler. Il y a aussi les différents premiers ministres et ministres de portefeuille qui se sont succédés durant la période Gertler. Il s’agit dans ce cas d’une élite contre son peuple", a répondu Jean-Claude Mputu. 

Pour sa part, Jean-Claude Mputu, porte-parole du CNPAV s'est indigné du comportement de certains dirigeants congolais, qui à l'en croire, pillent le pays en complicité avec Dan Gertler.

"Les principaux complices des pilleurs de ressources du Congo sont les dirigeants congolais. Ils signent les contrats de vente des terres et exigent qu’ils ne soient pas publiés. Il est entrain de spolier le peuple congolais", a dit Jean-Claude Mputu. 

La campagne stigmatise l’inaction des autorités congolaises en dépit des multiples appels de la société civile ainsi que des sanctions américaines. "Malheureusement, cette inaction continuera à causer d’énormes pertes pour la RDC pendant des années, voire des décennies", déplore le CNPAV.

Cette plateforme révèle que depuis les élections de 2018, plus de $209 millions de royalties étaient dues à Dan Gertler. Cela équivaut à plus de 1.000 écoles qui auraient pu être construites à travers le territoire. La campagne réitère la demande d’un audit rigoureux, indépendant et complet de la cession des parts et royalties de la Gécamines à Dan Gertler dans le projet Mutanda Mining, KCC et de Metalkol.

"Si l’enquête confirme nos inquiétudes sur la violation de la procédure de cession, ou expose d’autres pratiques illégales, les contrats devraient être annulés et les actifs restitués à la Gécamines et l’Etat, et les nationaliser le cas échéant", ajoute le CNPAV.

Rappelons que Dan Gertler est accusé par la société civile de jouer un rôle crucial dans la privatisation du secteur extractif depuis 1997, notamment dans le secteur du cuivre-cobalt jadis dominé par la plus emblématique des entreprises étatiques minières : la Gécamines.

Jordan MAYENIKINI

 

 
 

Articles similaires