RDC : l'embellie du cours des métaux offre deux solutions à l'Etat pour augmenter ses recettes et développer le secteur des mines, selon Willy Kitobo

Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 27 fév 2021 08:48, Dans Actualités

L'embellie du cours des métaux miniers caractérise le secteur minier. La tonne métrique du Cuivre se vend sur le marché international à 9.600 USD et le cobalt à 52.000 USD. Ces bonnes perspectives pour ces minerais auront un impact positif sur les recettes publiques en RDC comme pays producteur.

De ce fait, le ministre des Mines, Willy Kitobo, a noté, dans une communication faite ce vendredi 26 février, deux solutions qui s'offrent à l'Etat pour augmenter ses recettes et développer le secteur des mines.

" - relancer les activités des entreprises minières du portefeuille de l’Etat qui possèdent jusqu’à aujourd’hui des actifs miniers les plus importants attirant la convoitise des privés et même des creuseurs artisanaux ; - opérationnaliser le Fonds Minier pour les générations futures et bien gérer ses fonds pour reprendre la recherche géologique afin d’améliorer la connaissance géologique du territoire national et découvrir des nouveaux gisements qui pourront être vendus aux privés par la procédure d’appel d’offres ou valoriser par l’Etat seul ou en joint-venture avec des parts plus importantes", propose Willy Kitobo.

Le ministre alerte également le Gouvernement, en interrogeant l’histoire, les périodes où notre pays a connu l’embellie des cours des métaux sont toujours caractérisées par la multiplication de tous les maux, fraude et contrebande minières. Et pour s'en sortir, il appelle le Gouvernement à redoubler beaucoup plus d’efforts pour :

- contrôler et suivre toutes les activités minières industrielles et artisanales sur toute l’étendue de la République ;

- améliorer la gouvernance de l’Administration et services spécialisés du Ministère des mines ;

- Poursuivre la vulgarisation du Code Minier pour renforcer l’application des dispositions du Code Minier touchant aux intérêts des communautés locales impactées par les projets miniers : gestion des 15% de la redevance minière des Entités Territoriales Décentralisées, dotation des 0,3% du chiffre d’affaires annuel pour le développement communautaire et l’élaboration, la signature et l’exécution des cahiers de charges ;

- Poursuivre l’assainissement du secteur minier artisanal et le renforcement de la règlementation des activités minières artisanales des substances minérales stratégiques avec l’opérationnalisation de l’Autorité de Régulation et de Contrôle des marchés des substances minérales stratégiques ARECOMS ;

- Relancer les activités de la recherche géologique avec l’opérationnalisation du Service Géologique National du Congo SGN-C et du Fonds Minier pour les 
générations futures FOMIN.

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires