Gratuité de l’enseignement : « à certains endroits on a pensé à faire travailler des enfants aux champs et vendre les produits en faveur des enseignants non payés » (Abbé N’shole)

Abbé N'shole, SG CENCO. Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 13 jan 2021 18:39, Dans Actualités

Le secrétaire général de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), Abée Donatien Nshole, a fait, ce mercredi 13 janvier, une mise au point en rapport avec la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement dans les écoles conventionnées catholiques.

M. Nshole a fait savoir que suite à la non prise en charge des enseignants Non Payés (NP) et Nouvelles Unités (NU), l’église a dû lever d’autres options pour sauver tant soit peu la politique de la gratuité décrétée en septembre 2019.

« Pour éviter que les parents paient les enseignants et cela pour obéir au Chef de l’Etat, en plus des cotisations pour payer certains enseignants, ailleurs ils recevaient même moins de 10 000 Francs Congolais, pour donner quelques choses à l’enseignant qui n’est pas payé par l’Etat, à certains endroits on a pensé à faire travailler certains enfants qui ont un certain âge, c’est regrettable. Ils produisent les champs et les produits sont vendus en faveur de cet enseignant. C’est pour dire comment on a désespérément cherché ici et là pour sauver la politique de la gratuité de l’enseignement », a déclaré le secrétaire général de la CENCO, Abée Donatien Nshole.

Et d’ajouter :

« Pour nous c’est irréversible, on doit aller de l’avant et réussir ».

La CENCO a fait état de 202 écoles conventionnées catholiques qui recourent à cette pratique, soit 1,6% du nombre total de ses établissements. Selon les statistiques de la CENCO, l’église catholique gère 18 638 écoles (Maternelle, primaire et secondaire) pour 5 572 611 élèves et 253 844 enseignants. Dans ce lot des professionnels de la craie blanche, 39 968 sont des NU (16%) et 883 NP (0,4%) soit un total de 40 851 enseignants qui ne touchent aucun rond de l’Etat.

Fonseca MANSIANGA

 
 

Articles similaires