RDC : « le FCC n’avait à sa création ni âme, ni esprit. Il ne l’a toujours pas et ne l’aura jamais, à moins d’un miracle » (Matata Ponyo)

Matata Ponyo, ancien premier ministre. Ph. Droits tiers.
PAR Deskeco - 08 jan 2021 17:27, Dans Actualités

L’ancien premier ministre Augustin Matata Ponyo s’est attaqué farouchement à sa famille politique le Front Commun pour le Congo (FCC), dans une tribune publiée ce vendredi 08 janvier. Il a affirmé que FCC n’a jamais été un regroupement politique fondé autour d’un idéal commun. De ce fait, estime Augustin Matata Ponyo, son effondrement était prévisible dès le départ.

« Ce que je pense est que le FCC n’avait à sa création ni âme, ni esprit. Il ne l’a toujours pas et ne l’aura jamais, à moins d’un miracle. En effet, tous les groupements de partis regroupés au sein du FCC avaient chacun son idéal qui ne cadrait nécessairement pas avec celui des autres. Un corps sans âme, ni esprit peut-il vivre ou survivre ? Nullement. Bien plus, les objectifs des uns et des autres n’étaient pas les mêmes ! », indique la tribune de cet ancien premier ministre sous le régime Kabila.

Selon Matata, le FCC devait normalement disparaître aussi tôt l’échec consommé de son candidat, Emmanuel Ramazani Shadary, aux élections présidentielles de 2018. Pour lui, Emmanuel Ramazani Shadary a été le candidat le plus nanti, en lice, mais qui n’a pas été en mesure de remporter les élections.

« Ce que je pense est que le FCC, créé principalement pour faire élire de ses rangs un Président de la république à fin décembre 2018, devait disparaitre aussi tôt l’échec consommé. Comme tout le monde le sait, le candidat président du FCC, issu du PPRD, a été battu en plate couture en dépit de tous les moyens mis à sa disposition. Aucun candidat en lice n’a eu autant de moyens et d’appui politique que lui. Malheureusement, le candidat le plus nanti n’a été en mesure de gagner les élections. Dès cet instant, le FCC devait soit disparaitre au profit d’une autre organisation qui devait être créée, soit se structurer profondément pour retrouver l’âme et l’esprit ainsi qu’un objectif commun capable de mobiliser tous les acteurs politiques de la corporation », affirme Matata.

L’ancien Premier ministre Matata a signé cette tribune pendant que le navire FCC semble au bord du gouffre. Plusieurs caciques, députés et sénateurs, de cette plateforme ont quitté le FCC pour rejoindre l’Union Sacrée, l’initiative lancée par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires