RDC : UNIS considère l'essentiel des résultats des consultations comme une réalité sociologique connue

Unis
PAR Deskeco - 08 déc 2020 16:46, Dans Actualités

Le Réseau Panafricain de Lutte contre la Corruption (Unis) note, dans sa déclaration publiée ce mardi 08 décembre, que le dernier discours à la nation du chef de l’Etat congolais Félix Tshisekedi comporte un élément qui fait converger tout le monde : l’annonce d’une rupture de la coalition au pouvoir avec les raisons à la base du blocage. 

Mais en outre, le Réseau Panafricain de Lutte contre la Corruption trouve que Félix Tshisekedi n'a pas été au rendez-vous de son grand oral. Pour cette ONG l’essentiel de ce que le chef de l’Etat considère comme résultat de ses consultations relève en fait de la réalité sociopolitique notoirement connu par le commun de mortel en RDC.  

UNIS ne partage pas l'avis selon lequel les tensions politiques sont à la base du blocage des institutions du pays.

"Les tensions politiques étiquetées comme motif de blocage ne semblent pas convaincre dans la mesure où aucune cohérence n’y tient. A moins de pouvoir expliquer l’ineffectivité de ce blocage face au programme de 100 jours, au train de vie budgétivore de la présidence de la République et du gouvernement congolais et à tant d’autres faits discordants la zone d’ombre est bien large pour convaincre", déclare Unis mouvement blanc.  

Selon UNIS, la lutte contre la Corruption est loin d'être effective en RDC depuis l'alternance au sommet de l'Etat.

"La lutte contre la corruption évoquée dans le discours n’a pas jusqu’ici démontré sa capacité à user utilement de l’engouement et des initiatives civiques convergentes voire auxiliaires qui ont rapporté avec force détails des faits marquants de corruption. C’est le cas de plusieurs centaines de millions de dollars détournés dans les sillages de la Gécamines et dont faits et circonstances effleurent le nez du régime, grâce au leadership de la société civile", ajoute la déclaration de l'UNIS. 

Pour cette ONG, la protection des lanceurs d’alerte, gardiens de la démocratie et de l’état de droit pour dans la lutte efficace contre la corruption devrait être l’une des priorités de l’alternance démocratique de 2018 afin de matérialiser le slogan politique de lutte contre l’impunité.

Le Réseau Panafricain de Lutte contre la Corruption craint qu'un autre prétexte de blocage soit évoqué dans le futur alors que le pays semble faire du surplace.

"Tout ce qui précède nous laisse plus à craindre qu’à espérer. Un autre blocage n’est pas exclu d’autant plus que les procédures envisagées semblent bien parties pour entrer en collision avec des dispositions constitutionnelles lues à la va vite par au décours des impasses politiques autres que les faits évoqués", relève ladite déclaration. 

De ce fait, UNIS conjure que des mesures courageuses, efficaces, authentiques, conséquentes, constitutionnelles doivent urgemment être prises pour le salut du peuple au risque de faire face au sursaut inévitable du peuple congolais à trouver d’autres voies dans fort de son aspiration légitime à se voir mieux diriger. Ces mesures relèvent d’une responsabilité large (niveaux national-international) face à l’histoire.

UNIS s’est constitué comme un Think Tank, un organe social de réflexions et analyses, un centre de diffusion de solutions concrètes aux problèmes spécifiques qui minent l’avancement des pays africains vers les étapes les plus élevées de leur développement socio-économique.

Jordan Mayenikini 

 
 

Articles similaires