Dossier passeports: le CNPAV fustige l’opacité et promet des manifestations publiques

CNPAV
PAR Deskeco - 11 nov 2020 16:21, Dans Corruption

La Campagne « Le Congo n’est pas à vendre » (CNPAV) a dénoncé l’opacité qui couvre le dossier passeport en RDC, au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 11 novembre à Kinshasa. 

Le CNPAV a rappelé au gouvernement Congolais ainsi qu’au président de la République qu’elle exige : la sensible baisse du prix du passeport ; la cessation du contrat de l’entreprise SEMLEX, la transparence dans la passation des marchés ; l’ouverture d’une enquête judiciaire crédible sur les soupçons de corruption à propos du précédent contrat.

Dans son speech, Jimmy Kande, coordonateur de « Unis RDC », Réseau Panafricain de Lutte contre la Corruption, a martelé sur les revendications du CNPAV sur l’hibernation du passeport congolais.  

« Les revendications du CNPAV restent les mêmes depuis le mois de mars. Nous avons constaté encore aujourd’hui la continuité de l’opacité dans le dossier Passeport Nous avons aucune information et cela laisse place à des spéculations qui vont dans tous les sens. Le ministre des affaires étrangères ne fait aucune communication. Nous demandons à la ministre Marie Ntumba Nzeza de communiquer officiellement sur la position de la RDC sur le passeport question d’informer l’opinion. Et qu’il puisse y avoir une enquête judiciaire sur l’ancien contrat sur lequel il y a des soupçons de corruption », a dit Jimmy Kande. 

Et de poursuivre :

« L’Assemblée Nationale doit répondre favorablement à la demande du député Jean-Baptiste Basekwa pour que la ministre répondre aux questions de la population ». 

Le CNPAV promet d’organiser des manifestations prochainement pour dénoncer l’opacité qui couvre ce dossier. 

Pour Freud Bauma, membre du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha), la justice a déjà été saisie sur ce dossier. « Sur la question des passeports, nous comptons projeter dans les prochains jours des manifestations. On a déjà saisi la justice sur cette question. On utilisera tous les moyens légaux pour arriver à notre fin. On a besoin que la situation change », a déclaré Freud Bauma.

Indexé comme un des passeports les plus chers au monde, le passeport biométrique Congolais était vendu, avant sa suspension, à 185 USD la pièce. La clé de répartition laissait 65 USD à l’Etat Congolais contre 120 USD pour le Groupe Semlex qui transfert de sa quotité la moitié à une société écran « LRPS » qui appartiendrait aux proches de l’ancien chef de l’Etat Congolais Joseph Kabila, selon l’agence Reuters qui avait publié une enquête à ce sujet en 2018.

Etant un contrat BOT (Build Operate and Transfert), la RDC devra hériter de toutes les infrastructures de production des passeports financées en totalité par Semlex.

Pour rappel, c’est depuis le mois de mars 2020 que la campagne « Le Congo n’est pas à vendre » appelle le Gouvernement à assurer la transparence complète dans le dossier des passeports qui fait l’objet de controverses et de soupçons de corruption depuis des années. Malgré ses appels, le Gouvernement a laissé laisser expirer le contrat avec SEMLEX en Juin sans lancer d’appel d’offre, menant à une pénurie des passeports. 

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires