RDC : "la négligence de la culture du cacao et du café fait perdre au pays plus de 235 millions USD" (Emmanuel Rwakagara)

Cacao
PAR Deskeco - 13 oct 2020, Dans Actualités

La production de café-cacao a nettement baissé en République démocratique du Congo. En 1970, le pays exportait au moins 120 000 tonnes de café par an ; aujourd’hui, ce chiffre est tombé à 11 000 tonnes, soit moins de 10 % de la production d’il y a une cinquantaine d’années. Par ailleurs, la production annuelle du Cacao ne dépasse pas 25 000 tonnes.

Interrogé à ce sujet, Emmanuel Rwakagara Nzungize (photo ci-après), président du Conseil d’administration de la société Virunga Coffee et promoteur du café Kitoko révèle que la négligence de la culture du Cacao et du café en RDC, fait perdre au pays plus de 235 millions USD. Il affirme que la valorisation de la culture du café et du cacao peut apporter des milliards à la RDC. 

« Il y a un manque à gagner de plus de 235 millions USD par rapport à notre ancienne exportation du Café et celle d’aujourd’hui. Et du côté Cacao, la Côte d’Ivoire exporte plus de 2 millions des tonnes alors que la RDC officiellement n’est même pas à plus de 25 mille tonnes. Si nous considérons la culture du Cacao et du Café, nous gagnerons en termes des milliards. Et pour la balance de paiement, la Banque Centrale sera heureuse d’avoir une contrepartie positive », révèle Emmanuel Rwakagara. 

Emmanuel

Ce dernier explique les raisons qui freinent le développement de l’agriculture en RDC. Il appelle également les décideurs publics à faire appliquer comme il se doit, la loi agricole.

« Le manque de motivation. Dans d’autres pays l’agriculture est subventionnée. Elle est accompagnée par des facilités que l’Eta met en place. Alors qu’en RDC, il n’y a pas tout ça. L’importation des machines agricoles au pays fait face à des taxes énormes. Il faudrait que la loi agricole qui nous donne 0,25% comme taxes à l’importation des produits agricoles soit réellement d’application. Aujourd’hui, nous payons plus de 6 ou 7% des taxes liées à l’importation des produits agricoles contrairement à la loi agricole. C’est parce qu’il n’y a pas d’accompagnement de l’Etat. Ce dernier ne sait même pas qu’il y a des taxes informelles que nous payons de peur de se voir bloquer. Il y a une complicité qui doit être créée entre les secteurs publics et privés », explique-t-il. 

A l’en croire, l’actuel ministre national de l’Agriculture, Jean Joseph Kasonga Mukuta est déterminé à relever le secteur agricole de la RDC. 

A l’occasion de la journée mondiale du café et du cacao, célébrée par la RDC à travers une journée de réflexion, la Compagnie de l'organisation et de la promotion des activités café (COOPAC) avait présenté à l'assistance le café dénommé « Kitoko ». Cultivé sur les berges du Lac Kivu et le flanc des montagnes de Virunga (Nord-Kivu) à plus de 1500m d'altitude. Le café « Kitoko » bénéficie d'un sol volcanique très riche qui lui assure un profil aromatique et très typique. Ce café certifié équitable et biologique est commercialisé en capsule, en grain et moulu. L'autre Café, « la Kinoise », produit à la commune de Mont-Ngafula à Kinshasa a fait également l'objet d'une présentation mais aussi d'une dégustation comme par les officiels et invités.

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires