RDC : 8 ans après sa mise en œuvre, le mobile money accuse un faible taux de pénétration de 7,6%

téléphonie
PAR Deskeco - 03 juin 2020, Dans Startups

La République démocratique du Congo est loin de bénéficier de tous les avantages liés au mobile money comme c’est le cas dans des pays africains où ce service financier émerge de plus en plus.

Lancé en 2012 par Airtel Money, le mobile money connait une faible progression en RDC avec un taux de pénétration estimé à 7,6% à fin 2019 ; selon les données de l’Observatoire du marché de la téléphonie mobile, une structure de l’ARPTC (Autorité de Régulation de la Poste et des télécommunications du Congo).

« Pour ce qui concerne  les services Mobiles Money, une baisse de 4,62% a été observée au T4-19 par rapport au T3-19 sur le nombre d’utilisateurs actifs, soit de  7,409 millions à 7 millions 067 646, entrainant ainsi, une baisse du taux de pénétration de l’ordre de 0,8%, soit de 8,4% à 7,6% », indique l’Observatoire dans son rapport du 4ème trimestre 2019, le plus récent disponible.

En termes de parts de marché sur ce segment des services Mobile Money, l’on note que les opérateurs Orange, Vodacom et Airtel détiennent à eux seuls plus de 99% des parts de ce marché, et ce, malgré une légère baisse enregistrée par Vodacom soit de 41,48% à 32,77%, au cours du 4ème trimestre 2019.  Ainsi, l’on note aux termes du 4ème trimestre, une nouvelle configuration dans le positionnement des opérateurs fournisseurs des services Mobile Money où Vodacom (32,77%) avec son M-Pesa, descend à la deuxième position laissant la première place à Orange Money (41,38%). Airtel Money détient 25,80% des parts de marché contre 0,05% pour Africell, selon les chiffres de l’ARPTC du 4ème trimestre 2019.

En 2019, les services mobile money de ces quatre opérateurs ont généré 80 millions 633 556 USD dont 30 531 724 USD juste pour le 4ème trimestre.

Les Congolais ne capitalisent donc pas encore les avantages liés au mobile money qui permet de faciliter par exemple, aux clients, l'accès à leurs services, notamment, l'achat de produits, le paiement de factures et le renouvellement d'un abonnement, transfert et retrait d'argent, achat de crédit, etc. Il se comporte aussi comme un compte d'épargne express accessible à tout moment.

Un des freins à l’émergence de mobile money en RDC reste l’absence de l’interopérabilité. Les 4 opérateurs de téléphonie cellulaire (Vodacom, Orange, Airtel, Africell) n’ont pas encore interconnecté leurs services financiers.  Ce qui ne favorise pas une fluidité des services financiers entre les opérateurs de télécoms.

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires