RDC : Tshisekedi lance un Fonds national de solidarité contre le covid-19 sans y mettre un seul dollar

Félix tshisekedi
PAR Deskeco - 25 mar 2020, Dans Actualités

Le président de la République, Félix Tshisekedi, a annoncé, le 24 mars dans un discours à la nation, des nouvelles mesures de restriction susceptibles d’endiguer la pandémie de coronavirus en  RD Congo.

Par la même occasion, Félix Tshisekedi a créé un  « Fonds national de solidarité contre le coronavirus »  (FNSCC) auquel il a invité particulièrement tous les opérateurs économiques à participer par devoir de « solidarité ».

« Je lance un appel à la solidarité nationale de tous les opérateurs économiques ainsi que d’autres pays et organismes qui conduira à la mise en place d’un Fonds National de Solidarité Contre le Coronavirus (FNSCC) qui restera ouvert à tous les potentiels bienfaiteurs », a déclaré le président de la République dans son discours retransmis à la télévision nationale.

Le Chef de l’Etat n’a cependant pas indiqué combien le gouvernement Congolais va mettre dans ce Fonds en attendant des apports d’autres bienfaiteurs.

Dans une déclaration la semaine passée, le ministre de la santé, Eteni Long Ondo, a annoncé que l’Exécutif national  a annoncé que l’Exécutif nation a débloqué : 1,8 million USD comme fonds de lutte contre la pandémie du covib-19.

La RDC compte à ce jour 48 cas confirmés au coronavirus dont 3 décès et 1 guéris. le premier cas a été détecté le 10 mars sur un voyageur venu de la France.

A (RE) lire: Le gouvernement Ilunkamba en perte de vitesse face au covid-19

Un état d'urgence a été proclamée par le chef de l'Etat le 24 mars mettant la capitale Kinshasa en quarantaine par rapport aux autres provinces du pays.  Depuis le 18 mars, plusieurs activités économiques ont été suspendues dont les bars, bistrots, discothèques, renvoyant des milliers des personnes en chômage et sans aucune assistance.

Outre les mesures d'endiguement de la pandémie, le gouvernement Congolais n'a pas encore pris des mesures économiques pour soutenir les sociétés et le PME directement frappées par les restrictions. 

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires