RDC : la COGEP exige la publication de l’accord signé entre la MIBA et la firme Roumaine AM Developpment International

Société
PAR Deskeco - 28 fév 2020, Dans Actualités

La Coalition pour la Gouvernance des Entreprises Publiques du secteur extractif (COGEP) exige "la publication de l'accord de joint-venture signé entre la Minière de Bakwanga (MIBA) et la firme roumaine AM Développements International portant sur la relance de l’exploitation minière de la MIBA", note un communiqué de presse de cette organisation de la société civile parvenu aujourd'hui à DESKECO.COM.

" La publication dudit accord permettra aux citoyens congolais de comprendre l’objectif de la MIBA et son engagement vis-à-vis d’AM Developpements International. Il sied de souligner que, la gestion opaque décriée dans d’autres Entreprises du Portefeuille de l’Etat s’observe aussi dans la MIBA avec comme conséquence, la privation de retombées tant nationale que locale et dans ce genre de cas, c’est le citoyen congolais qui demeure perdant", fait-elle remarquer dans son communiqué de presse daté du 26 février. 

Pour la COGEP, plusieurs questions méritent d’être posées notamment "l’expérience de cette société Roumaine dans l’exploitation minière dont le diamant" . 

 "Suivant les informations diffusées par les médias, AM Developpements International devra débourser la somme de 200 millions USD pour l’exploitation du massif 1 au niveau du polygone minier, mais aussi pour mener des études visant la certification de deux massifs de la MIBA à Bena Kabimba, et que ladite entreprise a déjà versé à la MIBA la somme de 30 millions USD non remboursables en vue d’apurer les arriérés des salaires et de cotisations sociales des agents de la MIBA ainsi que le paiement des pensions des agents mis à la retraite depuis 2012", fait savoir la COGEP. 

Tout aussi, la firme roumaine devra-t-il débourser incessamment 180 millions USD afin de permettre à la MIBA de renouveler son outil de production et d’améliorer la desserte en énergie électrique au niveau de la centrale hydro-électrique de Tshiala.

Par ailleurs, la COGEP dit être "préoccupée par la mauvaise gestion et le détournement des diamants au sein de la MIBA qui risque d’anéantir tous les efforts fournis pour la relance de  cette entreprise qui faisait jadis, la fierté de la République Démocratique du Congo, car les dernières accusations entre le Conseil d’Administration et la Direction Générale de l’entreprise  ont démontré un manque de transparence criant". 

Dès lors, la COGEP recommande au Président de la République et au Premier Ministre, "De veiller à ce que les mandataires publics coupables de mégestion et de détournement  des derniers publics soient déférés devant les instances judiciaires de la République ; D’appuyer tous les efforts fournis pour la restauration d’une gestion saine et transparente au sein des entreprises du Portefeuille de l’Etat; De pourvoir à la nomination de mandataires compétents, ayant une réelle expérience en rapport avec le secteur de l’entreprise qu’ils se devront de gérer au quotidien, sur base  d’un appel d’offres". 

Au Ministre du Portefeuille, cette coalition recommande : "De rendre public dès réception, l’audit externe initié par la Présidence de la République  sur la MIBA ; De réaliser un suivi rigoureux concernant la gestion de la MIBA". 

Quant à la MIBA, elle devra, selon la COGEP, "rendre public dans le délai légal, l’accord de Joint-Venture signé avec AM Développements International ; gérer de manière transparente totale et ce, en toute responsabilité, tous les revenus  et prêts financiers obtenus ; prendre immédiatement toutes les dispositions utiles afin que cessent les vols et les  détournements de diamants appartenant à ladite entreprise et que les responsables desdits vols et détournements soient sanctionnés quel que soit leur position dans l'entreprise". 

 La COGEP est une plateforme des Organisations Non Gouvernementales Congolaises et des Chercheurs Indépendants travaillant sur la gouvernance des ressources naturelles. Ce communiqué a été signé par Me Daudet Kitwa, Me Jean Claude Katende et Me Emmanuel Umpula. 

Amédée Mwarabu 

 

 
 

Articles similaires