RDC : Le Plan de Trésorerie va faciliter le contrat avec le FMI, (Mayo Mambeke)

Ministre du budget
PAR Deskeco - 18 fév 2020, Dans Actualités

Au cours de la traditionnelle réunion de conjoncture économique présidée par le premier ministre Sylvestre Ilunga ce mardi 17 février, le ministre du budget, Jean Baudoin Mayo, s’est appesanti sur le Plan de Trésorerie (PTR) publié par le ministère des finances. A en croire Baudoin Mayo, ce document va permettre à la RDC de prévoir les recettes qu’elle va atteindre dans les prochains jours pour que ces dépenses soient contenues afin d’atteindre les performances exigées pour signer le contrat avec le FMI.

« Dans le cadre du budget, le PTR va permettre de prévoir les recettes que nous allons atteindre dans les prochains jours pour que les dépenses soient contenus ainsi nous allons atteindre nos performances et signer enfin le contrat avec le FMI. Le budget n’est nullement modifié et nous n’avons pas le pouvoir de le faire », explique Jean Baudoin Mayo. 

Le Plan de Trésorerie prend en compte « les réalités du moment » et  les  "tendances défavorables de la conjoncture actuelle", selon le ministère des Finances. Ce plan  retient "des recettes et des dépenses totales respectivement de 9.195,6 (5,460 milliards USD) et 9.545,6 milliards de CDF (5,668 milliards USD). Et il en résulte un déficit de 350 milliards de CDF à couvrir par l’émission des bons de Trésor à souscrire par les banques commerciales ».

« Il nous avait été demandé, moi et mon collègue des Finances, d’élaborer le PTR (Plan de Trésorerie). C’est un instrument de gestion des finances publiques. Les finances publiques ont pour cadre la loi budgétaire. Celle-ci ne peut être modifiée que par le parlement. Le gouvernement est chargé juste de l’appliquer. L’opinion doit savoir que le gouvernement de la RDC est en train de négocier un programme avec le FMI. Et, il y a des critères de performance que nous devons atteindre, notamment le financement monétaire zéro. Nous ne devons pas vivre par la planche à billet. Nous devons veiller à ce que les réserves de la Banque centrale évoluent à une certaine hauteur. Ça impose de nous de vivre sur la base caisse, de consommer ce qui est réellement entré dans la caisse », a-t-il  avant de préciser  que le budget du pays n’est pas modifié.

Jordan Mayenikini 

 
 

Articles similaires