RDC : les assignations des recettes du Budget 2020 des régies financières revues à la baisse (Min des Finances)

régie financières
PAR Deskeco - 17 fév 2020, Dans Finances

Le Plan de Trésorerie du secteur public du ministère des Finances réduit les recettes fiscales et non fiscales du budget 2020 de 13 025 825 milliards CDF (7,735 milliards USD)  à 8 897 000 milliards CDF (5,283 milliards USD), soit une baisse de 31,70%.

Il en résulte que les assignations de trois régies financières de la République démocratique du Congo sont aussi revues à la baisse par rapport à leur niveau du Budget voté au Parlement.

La Directions des douanes et accises voit ainsi ses assignations passer de 4 506 569 millions CDF à 2 538 430 millions CDF, selon le Plan de Trésorerie du ministère des Finances.

De même, la Directions général des impôts (DGI), ses assignations passent de 6 046 975 millions CDF à 4 489 570 millions CDF.

Quant à la DGRAD, ses assignations sont fixées à 1 612 400 millions CDF par le nouveau Plan de Trésorerie contre 2 040 377 millions CDF.

Les recettes venant des pétroliers producteurs étaient fixées à 432 014 millions CDF (176 776 millions CDF pour la DGI et  255 238 millions CDF pour la DGRAD) dans le Budget voté au parlement, elles sont désormais estimées à 256 600 millions CDF (108 182 millions CDF pour la DGI et 148 418 millions CDF pour la DGRAD) dans le Plan de Trésorerie du ministère des Finances.

Pour le ministère des Finances, ce niveau des recettes se réfère « aux déclarations actuelles des Régies financières après prise en compte notamment des ralentissements consécutifs  de la croissance mondiale et leurs répercussions sur la croissance intérieure ainsi que  des effets décalés résultant de l'effondrement au dernier trimestre 2018 du cours du Cobalt ». 

« Le nouveau niveau des recettes  a été déterminé en appliquant un accroissement de 20% sur les recettes courantes arrêtées à fin décembre 2019 (CDF 7.487,947 milliards) sur la base de la tendance observée au cours de trois derniers exercices. Leur mensualisation est obtenue en appliquant la pondération moyenne mensuelle par rubrique », renchérit le ministère des Finances, expliquant les motivations de son plan de Trésorerie.

Selon l’argentier national, « le différentiel entre les deux Plans de Trésorerie (NDLR : celui du budget voté au parlement et celui tenant compte des réalités actuelles) procède notamment à la variabilité de la conjoncture, de la périodicité liée aux délais de  mise en œuvre des mesures d’encadrement des recettes et à l'impact des réformes structurelles envisagées en 2020 ».

Amédée Mwarabu  

 
 

Articles similaires