RDC: la réponse de la présidence aux accusations de surfacturation des travaux de réfection de l’école du Camp Tshatshi

ACTUALITE.CD
PAR Deskeco - 09 jan 2020, Dans Corruption

Le rapport publié par l’Observatoire de la Dépense publique (ODEP) sur le Programme de 100 jours est toujours fait la une de la presse économique du pays. L’un des points forts du document publié ce mercredi concerne les infrastructures scolaires.

L'ODEP dit avoir constaté « avec regret que la construction des bâtiments du complexe scolaire Mokengeli dans la commune de Lemba et de l'école primaire, maternelle du camp Colonel Tshatshi à Kinshasa a coûté plus chère à la république, voir même surfacturé ». L’ONG note que « la première a été financée par le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) à hauteur de 1 880 000 USD et la seconde est chiffré à 3,299 millions USD par le trésor public. Pourtant, la Loi portant reddition des comptes de la loi des finances pour l’exercice 2015 renseigne que la construction d’une école de 6 salles de classe plus bureau, points, équipements coûte entre 125.000 USD et 130.000 USD. L’école la plus cher coûtait 150.000 USD ».

Ce jeudi, sur DESKECO.COM, Nicolas Kazadi, ambassadeur itinérant de Félix Tshisekedi, qui a coordonné le suivi de la mise en oeuvre du programme de 100 jours, a apporté sa lecture du rapport et particulièrement sur cette question.

« Mokengeli, c’est un projet qui a été entièrement piloté et financé par le Fonds pour la promotion de l’industrie (FPI). C’est une subvention du FPI et il faut s’adresser au FPI pour savoir comment le marché a été passé et quels sont les montants, etc. On ne peut pas jugé un marché par ce montant nominal en le comparant aux devis estimatifs d’une école de six classes », a t-il dit.

Il est également revenu spécifiquement sur le cas du Camp Tshatshi.

« Il y a eu plus de six classes à Mokengeli. Pour le Camp Tshatshi, on a réfectionné tout un complexe scolaire. Cela a couté 3 millions de dollars américains avec 24 salles pour le primaire et le secondaire et une une douzaine de salles pour les écoles techniques et toutes les salles ont été équipées. Il y a manifestement un déficit d’informations de la part des rédacteurs du rapport », a t-il ajouté.

L’ODEP a recommandé aux organes supérieurs de contrôle dont le Parlement, la Cour des Comptes et l’Inspection Générale des finances d’initier un audit sur la gestion de tous les projets financés par le trésor public, le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) et le Fonds National d’Entretien Routier (FONER) de janvier à septembre 2019 et de leurs régularités conformément aux lois de la République régissant les finances publiques.

Magalie Kabale

 
 

Articles similaires