RDC : Le péage sur la RN1 entre Kinshasa et Matadi a généré 43 millions USD en 2018, un record selon l'ACGT

Route
PAR Deskeco - 06 nov 2019, Dans Actualités

C’est par un contrat de concession conclu entre le ministère congolais des ITPR (Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction)  et l’opérateur privé SOCOPE SGR qu’un poste de péage a été érigé entre Kinshasa et la ville de Matadi sur la nationale numéro 1 (RN1).

L’Agence congolaise des grands travaux (ACGT), en tant que structure du gouvernement qui a  pour mission « la conception et le management des projets d’infrastructures structurantes dans les secteurs de Routes, Voiries, Ports, Aéroports, Chemins de fer, Architecture, Énergies, Infrastructures passives de télécommunication et Environnement », a été chargée d’utiliser les fonds générés par ce contrat de concession pour réaliser des travaux.

Au cours de l’entretien accordé, le mardi 5 novembre à Kimpinsky Fleuve Congo Hôtel By Blazon,  aux professionnels des médias membres du Réseau des journalistes économiques et financiers (REJEF), le directeur général de l’ACGT, Charles Médard Ilunga Muamba, a révélé que le poste de péage entre Kinshasa et Matadi a réalisé un record en 2018 gérérant 43 millions USD.

« L’expérience permet de montrer que de Matadi à Kinshasa et aujourd’hui avec l’extension de Matadi à Boma et de Boma à Muanda, la prise en charge est parfaite à cause des recettes du péage. Vous savez que l’Etat a des difficultés aussi bien pour construire que pour entretenir des infrastructures. Le FONER qui avait été créé est très limité dans la mobilisation des recettes pour faire face aux entretiens. Grâce à ces concessions, nous avons la chance aujourd’hui de pouvoir rêver d’assurer un entretien total au risque des concessionnaires.  Je peux vous dire que pour le tronçon Kinshasa-Matadi, nos recettes ne font que croitre en recettes. De 2010 à 2018, nous avons multiplié les recettes par trois. Ça veut dire qu’il y a eu une gouvernance, un savoir-faire qui s’est imposé. Je vous informe que grâce à ce péage, nous avons construit la route de By pass, à Kinshasa, qui a coûté 59 millions USD. Alors que les recettes annuelles de la concession avoisinent 35 à 36 millions USD. En 2018, nous avons atteint un record de 43 millions USD. Nous avons aussi construit la route UPN-Mitendi de 7 Km, une belle route aujourd’hui à Kinshasa. Grâce à cette concession, nous sommes en train de moderniser la route Boma à Matadi et de Boma à Muanda. Grâce à cette concession, nous avons construit aussi le boulevard Joseph Kabila à Boma. Toutes ces réalisations ont été faites rien qu’avec les recettes du péage sur le tronçon Kinshasa-Matadi », a dit le DG de l’ACGT.

Selon lui, le partenariat public-privé reste « une expérience que tous les pays du monde essaient de mettre en œuvre pour pouvoir répondre au besoin d’infrastructures ». L’avantage, selon lui, est qu’avec les privés on bénéficie de leur savoir-faire et qu’en plus ils peuvent assumer le risque.

Outre ce contrat de concession sur le tronçon Kinshasa-Matadi, l’ACGT a gestion des fonds générés aussi par les autres concessions qui sont sur la RN1 entre Lubumbashi et Kasumbalesa et entre Lubumbashi et Kolwezi.

Amédée MK

Articles similaires