RDC:Le Trésor va dépenser 8,78 milliards USD pour les institutions politiques pendant ce quinquennat 

PAR Deskeco - 31 juil 2019, Dans Actualités

En RDC, la Coalition FCC-CACH vient d’annoncer la taille du premier Gouvernement du mandat du Président de la République Félix TSHISEKEDI. Ce prochain Gouvernement sera composé de 65 membres, dont 48 ministres et 17 vice-ministres. Ces cabinets ministériels vont avoir au moins 5 200 personnels politiques. Au niveau du Pouvoir central, on compte aussi un Parlement composé de 500 députés nationaux avec un bureau de sept membres et conseillés; un sénat de 109 élus avec un bureau de 7 membres et conseillés.

Au Niveau des provinces, la RDC Compte 52 exécutifs provinciaux dont 26 gouverneurs et 26 vice-gouverneurs, 26 bureaux des assemblées provinciales, 780 députés provinciaux et environ 208 ministres provinciaux.

Sur le plan budgétaire, en cinq ans de mandat de Félix TSHISEKEDI le trésor public va dépenser 8,785 milliards USD soit 1,757 milliards de dollar américain par an pour prendre en charge les dépenses de ces institutions, notamment la rémunération et le fonctionnement.

En termes claires, il faudra dépenser : environ 750 millions USD pour le fonctionnement et la rémunération des députés provinciaux, des Gouverneurs et vice-gouverneurs, y compris le personnel politique ; 662 millions USD pour 65 ministères et 5 200 personnels politiques ; 345 millions USD pour la Présidence de la République et le Parlement, ainsi que la Primature, en se référant aux exécutions des budgets antérieurs sous le régime de l’ex-Président, Joseph Kabila.

En plus, 2,1 milliards USD soit 38,42% du budget sont destinés à la rémunération d’environ 1 303 760 agents et fonctionnaires de l’Etat.

Faible budget de l’Etat

Comparant ces dépenses à la capacité de mobilisation des recettes publiques, on note qu’en RDC le budget de l’Etat a fondu, passant de 9 milliards de dollars américains en 2015 à 6 milliards l’année 2016. Pour l’exercice 2017, le budget de l’Etat s’élevait à 4,7 milliards de dollars, et 5,9 milliards USD en 2019 soit moins que ce dont dispose la région Ile-de-France et de la Côte d’Ivoire. Une prévision budgétaire de 9 milliards USD pour 2020 a été annoncée par le Ministère du Budget.

En terme d’exécution, le rapport du Ministère des Finances renseigne que la moyenne annuelle des recettes fiscales et fiscales mobilisées se situent autour de 3,5 milliards de dollar américains et en 2019, une progression de 4,9 milliards USD a été estimée.

Cependant, les besoins réels des administrations au niveau du pouvoir central avoisinent 70 milliards USD par an et 30 milliards USD pour les provinces et Entités territoriales décentralisées.

Les secteurs sociaux vont-ils donc souffrir ?

Récemment, le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel a fait savoir que pour mettre en œuvre la politique de la gratuité de l’enseignement de base, l’Etat congolais doit dépenser 2,9 milliards par an. Celui de la santé a besoin de 2,2 milliards USD pour la prise en charge de la santé maternelle, néonatale et infantile et le Ministère de l’agriculture 5.730,8 milliards USD soit une moyenne annuelle de 716 millions USD pour mettre en œuvre le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) pour combattre la faim et la malnutrition en RDC.

Tout ceci nécessite de la volonté politique et un sursaut patriotique pour réduire le train de vie des institutions. Mais face à la réalité budgétaire de la RDC telle que présentée, les dépenses sociales pourraient donc être sacrifiées au profits des institutions politiques et Ministères au niveau du pouvoir central et des provinces.

La mise en œuvre de la vision du Chef de l’Etat, Félix TSHISEKEDI, de « Combattre la pauvreté » risquerait d’être un slogan creux, sans contenu ! Le rendez-vous est pris et le peuple le jugera dans cinq ans.

VM

Articles similaires