Installation d’une usine des téléphones en RDC : le gouvernement préfère financer la firme américaine « Industry Five » au détriment de la startup Congolaise « Flech Tech »

tablette Motema
PAR Deskeco - 26 aoû 2020 14:04, Dans Startups

C’est juste un scandale. Alors que le président de la République a dit solennellement qu’il compte créer des millionnaires Congolais, voilà que le gouvernement, sur décision arrêtée en Conseil des ministres, veut financer la firme américaine Industrie Five pour l’implantation d’une usine de montage et de production des téléphones, tablettes et ordinateurs en RDC. Pourtant, la startup Congolaise, Flech Tech, avait présenté un projet similaire depuis octobre 2019 au ministère de l’Industrie.

La République démocratique du Congo peut-elle un jour assumer son leadership en termes d’industrie et de technologies en Afrique subsaharienne ? Cette question reste un rêve à ce jour. Tant, le gouvernement qui pilote le management du pays ne fournit à ce jour aucun effort louable dans le sens de promouvoir effectivement une intelligence purement congolaise dans l’industrie et les innovations technologiques.

Pour preuve, le gouvernement dirigé par Sylvestre Ilunga Ilunkamba, a préféré, sur décision prise dans un Conseil des ministres dirigé pourtant par le président de la République, financer, via le FPI jusqu’à 12 millions USD, l’implantation en RDC d’une usine de montage et de production des téléphones, tablettes et ordinateurs.

Rappelons que c’est au cours du Conseil des ministres du 13 mars 2020 que Julien Paluku avait fait sa proposition pour l’effectivité du contrat signé en janvier dernier avec la firme Industry Five pour implanter une usine de fabrication d’outils informatiques en RDC. Selon le contrat signé entre les deux parties, la RDC doit effectuer un apport de 12 millions USD pour la matérialisation de ce projet. Et, le Conseil des ministres a approuvé cette proposition.

Seulement voilà, depuis le dernier trimestre 2019 plus précisément en octobre 2019, des Congolais, en l’occurrence l’ingénieur Dieudonné Kayembe Kabukala et son équipe de la startup « Flech Tech » ont présenté un projet similaire au ministère de l’Industrie. Mieux, l’équipe de cet ingénieur Congolais a travail avec les experts du ministère de l’Industrie jusqu’à produire un business Plan du projet d’installation d’une usine de montage et de montage des téléphones, tablettes et ordinateurs, sous la marque made in RDC « Motema » (photo).

Précisons toute suite que le label « Motema » est breveté par le ministère de l’Industrie, certifié et protégé par le ministère de la Recherche scientifique comme étant la « première marque Congolaise des tablettes et smartphones ». Ces jeunes Congolais ont même reçu un prix de l’innovation pour leur invention notamment la tablette « Motema ». Et depuis, cette startup attendait le financement du gouvernement pour l’implantation de l’usine de montage et de productions des tablettes et smartphones en RDC. Ils n’ont rien reçu à ce jour.

Le scandale dans cette affaire est qu’au lieu de présenter le projet, déjà fin prêt des Congolais de « Flech Tech », au Conseil des ministres, le ministre de l’Industrie, Julien Paluku, a présenté celui de la firme américaine « Industrie Five ». Pire, curieuse coïncidence, le projet soi-disant de Industry Five présente les similarités avec celui de Flech Tech sur le plan du coût, du nombre des emplois à créer et même sur l’objet du projet.

« Mais à notre grand étonnement, quelques mois seulement après avoir achevé le travail sur le businesse plan de ce projet conjointement avec votre cabinet, nous avons été surpris par le parachutage des contrats avec la firme américaine Industry Five pour le même projet avec trop de coïncidences aussi bien au niveau de la formulation de son intitulé qu’au niveau du montant censé être débloqué par le FPI pour notre compte, tout comme au niveau du nombre du personnel à employer et des objectifs connexes. Cerné de près, vous avez soumis ce projet en plein conseil des ministres au détriment des intérêts de son initiateur que nous sommes », peut lire dans la correspondance de la startup Flech Tech adressée le 17 août au ministre de l’Industrie.

En attendant les explications du ministre de l’Industrie, tout esprit lucide sait voir que les inventeurs Congolais de « Motema » ont été écartés au profit d’un opérateur américain dans un pays les startups remuent ciel et terre pour trouver de financement à leur projet.

Et même si ça ne serait pas le même projet, comment peut-on expliquer que le gouvernement de la RDC finance un projet des étrangers alors qu’il y a des Congolais qui ont présenté bien avant le même projet sans trouver des financements publics quant à ce. Est-il vraiment raisonnable de sortir de l’argent des Contribuable Congolais pour financer un projet des opérateurs étrangers alors qu’il existe un projet totalement similaire des nationaux dans le même domaine ?

Autant de questions qui laissent perplexes tous ces jeunes inventeurs Congolais qui ont des projets, cherchent désespérément de financement, et parfois se résolvent de s’exiler à l’étranger espérant trouver des capitaux frais.

« Nous allons ensemble, dans ce partenariat vers la promotion des industries congolaises. En fait, j’ai un rêve secret que j’ai toujours gardé mais là je vais partager avec vous. J’espère en tout cas à la fin de mon mandat, créer au moins quelques milliardaires congolais qui vont faire le bonheur de ce pays par rapport à l’emploi et autres », avait déclaré Félix Tshisekedi le 15 avril 2019 à Goma, lors d’un dîner avec les opérateurs économiques du Nord-Kivu.

Le comble du paradoxe est que ce sont des américains de Industry Five qui vont produire en RDC des téléphones, des tablettes et autres outils informatiques « made in RDC » en lieu et place des Congolais de la startup « Flech Tech », volonté du gouvernement Congolais.

motema 1motema 2

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires