Gouvernement Ilunkamba : la Cenco recommande un comité de lutte contre la corruption

PAR Deskeco - 24 juin 2019, Dans Actualités

C’est le message lu ce lundi 24 juin 2019 par le secrétaire général de la CENCO, l’Abbé Donatien Nshole, au cours d’un point de presse tenu au centre interdiocésain de Kinshasa. Dans ce message intitulé « Libérez mon peuple. Pas d’entraves au changement », les évêques de la CENCO ont aussi recommandé au futur gouvernement Ilunkamba de mettre au centre de son action l’amélioration des conditions de vie de la population. Ce, sans oublier la régularisation de la situation salariale des enseignants non payés ou omis, préalable à la gratuité de l’enseignement promise par le Chef de l’Etat.

Et au Président de la République, Antoine-Félix Tshisekedi Tshilombo, de changer le système de gouvernance en instaurant un véritable Etat de droit à même de rendre le pays fort et prospère. Quant au peuple, il lui est demandé de se mettre résolument au travail pour son développement intégral.

Les évêques notent que les élections du 30 décembre 2018 ont suscité un espoir de changement dans le pays. Cependant, estiment-ils que plus les jours passent, la situation n’évolue pas.

Ils trouvent que l’économie congolaise souffre de faiblesses structurelles héritées du passé. « Le chômage persiste, la scolarité et l’accès aux soins médicaux sont un luxe pour beaucoup de familles. Des milliers de personnes, dont un nombre impressionnant d’enfants, vivent dans une insécurité alimentaire sévère, dans un pays au sol fertile, et regorgeant en plus d’abondantes ressources naturelles. Il s’observe un contraste scandaleux entre l’enrichissement vertigineux d’une minorité et l’extrême pauvreté dans laquelle gît la majorité des Congolais, et le fossé ne fait que se creuser », a déclaré l’abbé Nshole lisant le message.

A cette occasion, la Conférence épiscopale nationale du Congo a, en outre, réitéré son message de 2007. « La crise de notre pays est avant tout éthique. Le pays a grandement besoin d’hommes nouveaux et intègres. Un changement radical dans le comportement personnel, social et politique pourra apporter une nouvelle manière de gérer la République. Le Congo nouveau sera fondé sur les valeurs républicaines, les valeurs morales de la vie sociale et les valeurs évangéliques », disent les évêques.

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires