RDC : Jean-Pierre Kiwakana appelle à la transparence dans la gestion des recettes minières

Jean-Pierre Kiwakana
PAR Deskeco - 03 juin 2021 08:00, Dans Mines

Lors de la cérémonie de clôture de la session d’avril 2021, tenue le mardi 1er juin au Palais du Peuple, le président du Conseil économique et social (CES), Jean-Pierre Kiwakana Kimayala, a lancé un appel au gouvernement pour la transparence dans la gestion des revenus miniers d’autant plus que les mines sont un secteur susceptible de booster le développement de la République démocratique du Congo.

« Le CES dans ses préconisations sur le secteur minier, encourage le développement local durable à partir de la gestion transparente et adéquate des revenus miniers généré par la redevance minière, la dotation de 0.3% et de cahier des charges ainsi que le 10% pour la génération future. L’application de ces mesures devra réduire la pauvreté des communautés autour de l’exploitation minière, susciter le développement communautaire en ses dimensions économique, social et environnemental. Pour le CES, Il est urgent de renforcer la transparence, la mobilisation des recettes, d’améliorer l’assiette budgétaire, d’affecter ces recettes aux actions visant prioritairement l’amélioration des conditions de vie de la population », a déclaré Jean-Pierre Kiwakana dans son discours de clôture de la session d’avril.

De son avis, la RDC regorge d’importantes ressources naturelles riches et variées susceptibles de répondre aux besoins de développement économique et social du pays avec une des populations parmi les plus pauvres du continent.

L’économie minière, a-t-il fait remarquer, par sa nature intrinsèquement extravertie ne joue pas son rôle de courroie d'entraînement au bénéfice du secteur privé congolais, mais bien plus au bénéfice de sociétés privées à capitaux étrangers installées au pays qui contribuent à canaliser les flux financiers opérationnels à l’extérieur du pays au profit de sociétés sous-traitantes étrangères.

« L’exploitation industrielle du cuivre et du cobalt bat chaque année des records de production. Parallèlement, nous assistons au développement d’une exploitation artisanale importante dans le domaine de l’or, du diamant, du coltan, du cobalt notamment. Pourtant les revenus pour l’Etat issus de l’activité minière sont notoirement insuffisants au regard de la valeur des exportations légales constatée en raison de l’histoire du secteur minier de notre pays depuis les années 90. L’artisanat minier, notamment à l’Est du pays, contribue plus à l’instabilité et à l’insécurité locale via le financement des groupes armés », a soutenu Jean-Pierre Kiwakana.

Pour le CES, la mise en œuvre effective du nouveau code minier pourra contribuer à l’objectif de faire des richesses naturelles de la RDC tout à la fois « le carburant nécessaire au financement de la diversification » de l’économie, mais aussi son cœur industriel, au moins pour les prochaines décennies, à même de stimuler la création d’entreprises et de la classe moyenne.

DESKECO

 
 

Articles similaires