RDC : face aux difficultés de desserte en eau et en électricité, le gouvernement Ilunkamba incapable d’envisager des solutions durables faute des moyens financiers

barrage d'Inga
PAR Deskeco - 10 nov 2020 09:04, Dans Développement durable

Le Premier ministre, Ilunga Ilunkamba, a eu le lundi 9 novembre une réunion dite « spéciale » sur la problématique de la desserte en eau et en électricité avec le ministre d’Etat en charge des Ressources hydrauliques et de l’électricité, Eustache Muhanzi Mubembe, et le DG de la SNEL et celui de la REGIDESO, rapporte la Primature.

Il ressort de cette séance de travail qu’aucune solution définitive n’a été envisagée pour accroitre durablement l’offre de la desserte en eau et en électricité face à la demande tant de Kinshasa que des autres provinces de la RDC. Le gouvernement, sans ressource financière adéquate, est incapable d’envisager des solutions structurelles pour mettre ces deux sociétés au diapason des enjeux de développement et d’amélioration des conditions de vie des populations.

Depuis quelques semaines, la fourniture en eau et celle de l’énergie électrique, a connu des perturbations inquiétantes tant pour les ménages que des opérateurs économiques notamment dans la capitale.

Dans sa déclaration à l’issue de la séance de travail, le ministre d’État des Ressources Hydrauliques s’est contenté de déclarer que toutes les difficultés des dernières semaines ont été passées en revue et que le Premier Ministre Ilunga a donné des instructions pour améliorer la desserte en eau et en énergie électrique au pays.

De même, le Directeur Général de la SNEL, Jean-Bosco Kayombo, repris le même refrain de toutes les années pour expliquer que le problème de délestage enregistré surtout à Kinshasa, était dû au déséquilibre entre la production de l’énergie électrique et la demande. Le courant produit par la centrale d’Inga a connu une diminution à cause de certaines machines tombées en panne, a-t-il confié. Actuellement, la situation est sous contrôle, selon lui, lesdites machines sont déjà réparées, et il ne reste plus qu’à stabiliser la situation à l’approche des fêtes de fin d’année.

Pourtant, à Inga 1, il y a des machines qui sont vieilles de 50 ans et pour lesquelles ont devrait rigoureusement planifier les périodes de leur entretien sans trop perturber la fourniture de l’énergie électrique.0

En ce qui concerne la fourniture d’eau potable, le DG de la Regideso a révélé que le Premier Ministre s’est impliqué pour mettre à la disposition de la REGIDESO des Motopompes, acquis dans le cadre du programme 100 jours, afin d’améliorer la distribution de l’eau au pays. Le Gouvernement a également consenti des efforts dans l’approvisionnement en intrants pour le traitement de l’eau, et l’amélioration de l’outil de production. Ici aussi que des solutions palliatives alors que des centaines de quartiers dans la seule ville de Kinshasa ne sont pas desservie par la Regideso.

Pour autant, une deuxième réunion est prévue dans ce mercredi 11 novembre « pour trouver des solutions durables », note le Cellule de Communication de la Primature. Ce que les Congolais attendent de voir.

La République démocratique du Congo, malgré ses potentialités hydrographiques et des ressources en eau, accuse à peine un taux d’électrification de 15% et un taux de desserte d’eau potable d’environ 26%, les plus bas en Afrique.

Rappelons que selon le Programme électricité pour tous à l'horizon 2030, élaboré par le PNUD, il faut investir jusqu'à 66 milliards USD pour parvenir à connecter chaque Congolais à l'énergie électrique en RDC. Un projet qui n'a jamais connu un début d'exécution à ce jour faute d'un gouvernement capable de lever des fonds nécessaires pour sa réalisation 

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires