RDC : le Plan de Trésorerie du ministère des Finances réduit de plus de 31% les recettes fiscales et non fiscales du budget 2020

devise
PAR Deskeco - 17 fév 2020, Dans Finances

Dans son Plan de Trésorerie du secteur public qu’il vient de publier, le ministère des Finances, réduit les recettes fiscales et non fiscales du budget 2020 de 13 025 825 milliards CDF (7,735 milliards USD)  à 8 897 000 milliards CDF (5,283 milliards USD), soit une baisse de 31,70%.

Pour le ministère des Finances, ce niveau des recettes se réfère « aux déclarations actuelles des Régies financières après prise en compte notamment des ralentissements consécutifs  de la croissance mondiale et leurs répercussions sur la croissance intérieure ainsi que  des effets décalés résultant de l'effondrement au dernier trimestre 2018 du cours du Cobalt ». 

« Le nouveau niveau des recettes  a été déterminé en appliquant un accroissement de 20% sur les recettes courantes arrêtées à fin décembre 2019 (CDF 7.487,947 milliards) sur la base de la tendance observée au cours de trois derniers exercices. Leur mensualisation est obtenue en appliquant la pondération moyenne mensuelle par rubrique », renchérit le ministère des Finances, expliquant les motivations de son plan de Trésorerie.

Par ce Plan de Trésorerie, le ministère des Finances a révu également à la baisse les dépenses publiques.

Voté en équilibre, en recettes comme en dépenses, au parlement à 18.545,2 milliards de CDF, ce montant global du Budget 2020 « est ramené à 13.869 milliards de CDF en tenant compte du cadre macroéconomique  sous-jacent », note le ministère des Finances dans son Plan de Trésoreri avant de préciser que « ce montant peut être considéré pour le Plan de Trésorerie comme le montant maximal en recettes et dépenses, en d'autres termes en produits encaissables et en décaissements ».

« Cependant, comme le cadre macroéconomique n'est pas figé mais mouvant et que les circonstances ayant prévalu à l'adoption du Budget ont évolué, le Plan de trésorerie reprend dans son contenu les réalités du moment », explique le ministère des Finances qui, tenant en compte des  tendances  défavorables de la conjoncture actuelle, « retient des recettes et des dépenses totales respectivement de 9.195,6 (5,460 milliards USD) et 9.545,6 milliards de CDF (5,668 milliards USD). Il en résulte un déficit de 350 milliards de CDF à couvrir par l’émission des bons de Trésor à souscrire par les banques commerciales ».

Ce Plan de Trésorerie  se fonde, selon le ministère des Finances, sur « un financement monétaire zéro de la part de la Banque Centrale du Congo conformément au critère du programme de référence (du janvier à fin mai) et du programme formel à venir ».

Selon l’argentier national, « le différentiel entre les deux Plans de Trésorerie (NDLR : celui du budget voté au parlement et celui tenant compte des réalités actuelles) procède notamment à la variabilité de la conjoncture, de la périodicité liée aux délais de  mise en œuvre des mesures d’encadrement des recettes et à l'impact des réformes structurelles envisagées en 2020 ».

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires