Tapez pour rechercher

Actualités

RDC-Reddition des comptes : Les recettes du  budget 2017 mobilisées à hauteur de 55,56 %

Partager

Le ministre des Finances, Henri Yav Mulang, a présenté, le mercredi 07 novembre au Sénat, la loi  portant Reddition des comptes de l’exercice budgétaire 2017. Un excédent budgétaire de 46,8 millions USD à été réalisé en 2017.

Selon le ministre des Finances, les recettes, dans l’ensemble, ont été arrêtées dans le budget initial à 11 524 534 948 589,00 FC dont 6 376037 778 889,00 FC des recettes internes, 3 847 274 805 243,00 FC des recettes extérieures , 878 517 95 793,00 des budgets annexes et 422 704 408664,00 des comptes spéciaux.

Henri  Yav Mulang a affirmé qu’à la clôture de l’exercice budgétaire 2017, les résultats enregistrés en recettes et en dépenses ont connu respectivement un taux de réalisation de 56,22%, soit  6 478 619 340 544,15 FC, et 55,56%, soit 6 402 734997 073,74 FC, par rapport aux prévisions.

Considérant le dollar américain au taux de 1620 FC, la RDC a mobilisé en 2017 environs  4 milliards USD alors que les dépenses ont avoisiné 3,5 milliards USD.

Ainsi, l’exécution de cette loi financière s’est soldée par un excédent budgétaire de 75 884 343 47, 41 FC, soit plus ou moins 46,8 millions USD.

A travers cette loi, le gouvernement présente les opérations de l’exécution du budget telles qu’elles ont été enregistrées à partir du Compte Général du trésor, des extraits de livres de caisse des comptables publics principaux et des receveurs de douanes, des états financiers de différents services émargeant aux budgets annexes et des comptes spéciaux ainsi que des organismes de gestion des ressources tant intérieures qu’extérieures.

Le 14 décembre 2017, lors de vote du budget pour l’exercice 2018, le professeur Mabi Mulumba, président de la commission Ecofin au Sénat, avait affirmé qu’il y a toujours en RDC une inadéquation depuis plus de 15 ans entre le budget voté et celui exécuté.

Je pense vous avez suivi le rapport sur la reddition des comptes. Cela veut dire que nous devons améliorer notre gouvernance. La cour de compte n’a pas donné son quitus à la gestion publique. Ce n’est pas seulement cette année, c’est chaque fois qu’on termine l’année sans avoir la déclaration de conformité. La gestion ne respecte pas souvent les textes qui régissent les finances publiques. Quand on vous dit qu’il y a eu dépassement de crédit par ci ou par-là, ce qu’on fait autre chose que ce qu’il y a sur la loi des finances. Donc, il  y a une inadéquation entre le Budget voté et le Budget réalisé. En d’autres termes, on ne respecte pas les textes qui régissent les finances publiques. Nous devons faire un effort la-dessus pour affecter les ressources là où elles ont été prévues” avait-il affirmé à DESKECO,COM.

Willy Akonda Lomanga/ desk Eco

Laisser un commentaire