Tapez pour rechercher

Actualités

RDC: Pour l’Association des consommateurs, l’augmentation des prix des transports à Kinshasa ne se justifie pas

Partager

L’organisation de défense des consommateurs juge excessive la décision des autorités de hausser de prix de transport en commun à Kinshasa. Pour elle, il s’agit d’une mesure “unilatérale” ne tenant  pas compte de la conjoncture socio-économique de la population.

Le président de l’organisation de défense des consommateurs, Deryck Tshibangu estime que les raisons qui justifient cette hausse ne sont pas valables et méprisent le droit des consommateurs.

“La motivation, c’est l’augmentation du prix de carburant. Il y a plus de dix ans que le carburant à la pompe ou dans les stations n’a augmenté que de 10 %, comment aujourd’hui on peut justifier l’augmentation du tarif de transport en commun à hauteur de 40%? Ça  ne se justifie pas puisque l’augmentation doit être proportionnel au prix de carburant. Nous insistons que cela est pris au mépris de droit de consommateur”, a dit à ACTUALITE.CD, Deryck Tshibangu, président de l’organisation de défense des consommateurs.

Selon l’arrêté signé par le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, le prix de la course en taxi est passé de 500 FC à 650 FC, le ticket des bus “Esprit de Vie” est fixé à 700 FC.

Il appelle les autorités urbaines de prendre en considération les intérêts des consommateurs congolais

“Nous demandons à l’autorité de prendre en considération les intérêts légitimes des consommateurs congolais, cette mesure doit être revue à la baisse vu la conjoncture actuelle”, a ajouté Deryck Tshibangu.

L’arrêté du gouverneur de la ville de Kinshasa co-signé avec les ministres des Transports et des Finances, fixe les prix selon les itinéraires et les types des moyens de transports utilisés. Le Taxis bus empruntant les tronçons Marché central-Kingasani ya Suka ou encore Kimbanseke sont fixés à 600 FC.

Le prix de taxi entre Lemba et le centre-ville est fixé à 1100 FC. Il en est de même pour les taxis centre-ville-Masina.

Christine Tshibuyi

Laisser un commentaire