Tapez pour rechercher

Actualités

RDC : 5 choses que ne vous savez sans doute pas sur l’Okapi

Partager

Alors que 10 okapis sont concernés par un projet de transfert de la RDC vers la Chine, DESKECO.COM vous propose d’aller à la rencontre de cet animal en danger, mais qui continue à faire la fierté de la RDC.

  1. D’O’api à Okapi

A la suite du premier récit d’Henry Morton Stanley en 1890 concernant un mystérieux animal ressemblant à un cheval dans la forêt de l’Ituri, le Haut-Commissaire Britannique de l’Uganda et Fellow de la Zoological Society of London, Sir Harry Johnston, partit en expédition au Congo belge à la recherche de cet animal (Lindsey et al. 1999). Bien qu’il ne réussisse pas à obtenir de spécimen, les pygmées Mbuti lui dirent que le nom local pour cet animal était o’api et qu’il s’agissait d’un animal ressemblant à un zèbre avec des pattes rayées, mais le haut du corps brun foncé (Johnston 1900). Johnston réussit à obtenir deux baudriers traditionnels fabriqués à partir de morceaux de peau rayée d’okapi et les envoya au Dr. P. L. Sclater, le secrétaire de la Zoological Society of London. Les spécimens furent exposés lors d’une réunion de la Société en décembre 1900, et début 1901 Sclater nomma provisoirement l’okapi Equus johnstoni en raison de son apparente similitude avec le zèbre (Sclater 1901).

  1. Certaines tribus font le deuil à la mort d’un Okapi

La RDC est le seul pays au monde à abriter cet animal unique et reconnaissable instantanément, bien que, par le passé, l’okapi fut occasionnellement présent dans la forêt voisine de Semliki dans l’ouest de l’Uganda (Kingdon 1979 ; A. Rwetsiba, Uganda Wildlife Authority, comm. pers. 2015). Il est considéré comme sacré par les tribus locales de la Réserve des Faunes à Okapi (RFO). Les pygmées Mbuti considèrent l’abattage d’un okapi comme un événement majeur et font le deuil de l’animal mort. Le respect de l’okapi est commun dans la tradition locale. Par exemple, dans certains villages, seul le chef de la tribu est autorisé à porter ou à s’asseoir sur une peau d’okapi.

  1. Un fossile vivant

Une des deux seules espèces de giraffidé dans le monde, offrant un aperçu unique de l’évolution de la girafe. Un « fossile vivant » qui semble avoir divergé des girafes durant le Miocène.

  1. Déclin de la population d’Okapi

L’okapi a connu un déclin depuis au moins 1995 qui est toujours en cours et est amené à se poursuivre, face à des menaces importantes qui s’intensifient et au manque d’activités de conservation efficaces qui sont rendues impossibles par manque de sécurité. Le taux de déclin est estimé avoir dépassé les 50% sur 3 générations (24 années), en se basant sur les valeurs des études de terrain conduites dans la Réserve de Faune à Okapis (RFO), qui indiquent un déclin de 43% sur la période 1995-2007 qui, d’après certains rapports, aurait continué après cette période. La RFO était jusqu’à récemment le site le mieux protégé et il en a été déduit que le taux du déclin devait être au minimum égal à celui-ci dans les autres parties de l’aire de répartition de l’okapi. Bien que les données des études de terrain soient disponibles seulement pour confirmer les estimations de déclin dans la RFO depuis 1995, des rapports de déclin et d’extirpations dans d’autres parties de l’aire de répartition, ainsi qu’une perte et dégradation de l’habitat, se sont produites depuis 1980. Le changement de catégorie entre 2008 (Quasi menacée) et maintenant (En danger) n’est pas un véritable changement puisque que de nouvelles informations suggèrent que la catégorisation actuelle aurait dû déjà être appliquée en 2008

.

  1. Stratégie 2015-2015

Stratégie de conservation de l’okapi 2015-2025 a été élaboré lors d’un atelier organisé à Kisangani en mai 2013. Le principal objectif est de conserver de manière durable sur toute leur aire de répartition, aux bénéfices des générations présentes et futures, en collaboration avec toutes les parties prenantes, et plus particulièrement avec les communautés riveraines grâce à une bonne gouvernance à promouvoir.

Cette synthèse est tirée de ce lien

Laisser un commentaire