RDC : Les 7 axes routiers à construire pour désengorger Kinshasa 

PAR Deskeco - 23 juil 2019, Dans Actualités

Kinshasa est une grande métropole de plus de 12 millions d'habitants répartis inéquitablement sur les 9965 km2 de sa superficie. 90% de Kinois sont concentrés dans à peine 20% de sa superficie. Ce qui fait qu'une grande partie de Kinois restent concentrés dans un rayon de 30 km du centre-ville avec tous les problèmes de logement et de routes que cela peut poser.

En effet, en ce qui concerne les routes, circuler à Kinshasa n'est jamais aisé. Très peu de routes sont en bon état alors que la grande majorité est cabossée voire inexploitable tout simplement. 

Selon des experts congolais et japonais qui ont travaillé sur l’élaboration du Plan directeur des transports urbains de la ville de Kinshasa (PDT/Kinshasa), le réseau routier de la capitale congolaise est de 3.621 km.

Ce  réseau comprend 251 km sous la gestion de l’Office des routes (OR), représentant 7% et 3.370 km, soit 93% sous la responsabilité de l’Office des Voiries et drainage (OVD). Il compte en son sein, 70 km, soit 2,1% des routes primaires, 337 km, soit 10 %  des routes secondaires, 278 km, soit 8,2% des routes tertiaires et 2.685 km des routes locales.

Les principales routes de Kinshasa praticables  restent le boulevard du 30 juin qui mène jusqu'au centre-ville, le boulevard Lumumba, la route By Pass, l'avenue Kasavubu, l'ex avenue du 24 novembre, la route Matadi, la route Poids Lourds, l'avenue Sendwe, le boulevard Triomphal. 

Ce sont les principales artères sur lesquelles accourent tous les jours des milliers de véhicules pour rejoindre la commune de la Gombe, siège des institutions de la République et principal centre commercial de la capitale. 

Cependant, en dehors de ces artères, il y a lieu de construire ou de réhabiliter d'autres grands axes routiers pour vraiment atténuer la fréquentation de cette poignée des routes qui sont praticables. 

DESKECO.COM a inventorié ici quelques axes qui sont soit à construire pour désengorger durablement la circulation dans la capitale soit à asphalter. 

  1. La route KULUMBA. Cet axe part de l'entrée de SIFORCO à Masina et débouche sur la 18ème  rue Limete. 
  2. La route SEKOMAF. Elle traverse les  communes de Ngaba, Lemba, N'djili et kimbanseke et débouche à l'aéroport international de N'djili. 
  3. La route du fleuve. Elle devrait partir de la gare centrale et longer le fleuve Congo jusqu'à l'aéroport de N'djili. Il y a un projet d'une autoroute sur cet axe qui viendrait en appui à l'unique voie, le boulevard Lumumba, qui mène à l'aéroport. 
  4. L'avenue KIKWIT. Cet axe n'a jamais été asphalté. Il part de la commune de Lemba, au niveau de la FIKIN (Foire internationale de Kinshasa), et traverse les communes populaires de Ngaba et Makala. 
  5. Les voiries ELENGASA et FORCE. Elles partent de l'avenue Kasavubu et débouchent à la route Bay Pass en passant par les communes de Bumbu et Selembao. 
  6. La VOIRIE qui est en-dessous du pont makelele à Bandalungwa. Elle devrait desservir Kintambo Jamaïque et le Camp Luka. 

Autant des voiries qui sont à construire totalement ou sont impraticables et nécessitent des grands travaux de modernisation.

Au-delà de ces voies, il y a des centaines de routes secondaires dans les 24 communes de Kinshasa qui sont soit en état cabossé soit impraticables et qui méritent d'être réhabilitées pour améliorer la circulation des automobilistes dans la capitale.

Le déficit du réseau routier impacte sur le transport urbain dans la capitale. Là où il n'y a pas de routes, il n'y a pas de transport ou le prix du transport coûte le double ou le triple. 

Amédée MK

 

Articles similaires