RDC : L'enrichissement des officiers déployés sur les sites miniers alimentent les conflits aux Kivu (Rapport)

PAR Deskeco - 15 aoû 2019, Dans Actualités

Le rapport du Baromètre de sécurité dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, un projet conjointement géré par Human Rights Watch et le Groupe d’étude sur le Congo basé à New York, rendu public mercredi affirment que plusieurs officiers de l’armée congolaise déployés dans les zones minières au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, récoltent « d’importants revenus » et refusent de rentrer dans les camps militaires.

D’après les auteurs du rapport, cette situation alimente les conflits armés dans la région.

« Les sites miniers artisanaux constituent aussi une source importante de soutien pour les commandants de l’armée congolaise. Pour une armée à court d’argent, la possibilité de déployer des unités sur des sites miniers lucratifs fournit aux commandants une source importante de revenus et de pouvoir. Cela a eu pour effet de réduire leur désir de mettre fin aux combats et de retourner dans leurs casernes. », dit le rapport.

« Il existe également de nombreuses preuves selon lesquelles les groupes armés concentrent une grande partie de leur attention sur la taxation des sites miniers et des routes commerciales », ajoute le document.

Mais Human Rights Watch et le Groupe d’étude sur le Congo soulignent que qu’il n’y a pas de corrélation systématique entre la violence et les zones minières. Seulement 20% d’incidents violents se produisent dans un rayon de 20 kilomètres d’une mine et seulement 3% dans un rayon de 2 kilomètres.

Dans le rapport de 17 pages intitulé « Congo, l’oublié : Les chiffres derrière la plus longue crise humanitaire en Afrique », les deux organisations dénombrent 130 groupes armés actifs dans els deux provinces du Kivu.

Articles similaires