RDC : 26 millions USD pour alimenter plus de la moitié de Mbuji-Mayi en eau potable

PAR Deskeco - 23 sep 2019, Dans Actualités

Ce financement couvre l’ensemble des travaux de réhabilitation du système d’approvisionnement d’eau potable de la ville, lesquels vont débuter dans trois mois et seront exécutés pendant 32 mois, pour les 57 % des zones qui seront atteintes. Il y aura 865 bornes fontaines qui seront construites à partir de la source de Lukelenge pour le captage d’eau, en passant par Bakwa-Kapamba, Tshilomba qui est la zone d’influence, et Maréchal. 

La signature officielle du contrat de ces travaux a eu lieu le vendredi 20 septembre à Kinshasa, entre le projet PRISE représenté par son coordonnateur national, l’ingénieur civil  Déo Nsunzu, et l’entreprise chinoise PAN-China Group, sous la supervision du secrétaire général au Développement rural, Ir Georges Koshi Gimeya (président du comité de pilotage du PRISE), et le haut-patronage du ministre du Développement rural, M. Guy Mikulu.

C’était en présence des membres du Parlement et du Gouvernement, des secrétaires généraux de différents ministères sectoriels et membres du comité de pilotage du PRISE, des délégués de la Présidence de la République, des ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques, des chefs d’entreprises, des experts de la BAD, etc.

Dans son discours solennel, le ministre Guy Mikulu a déclaré que ce premier contrat représente la première partie de ce projet qui se fera complétée prochainement par l’appui d’un autre partenaire au développement, à savoir, la KFW afin de rendre efficace et efficient l’ensemble du réseau d’adduction d’eau potable de la ville de Mbuji-Mayi. Il a informé que les travaux seront effectifs sur terrain que dans trois mois, laissant ainsi à la société PAN-China le temps d’amener les machines et les équipements nécessaires pour qu’elle s’adapte à la ville de Mbuj-Mayi. Le rendez-vous sera donc pris le 20 décembre, a-t-il dit.  

« La majorité de la population congolaise vit dans les milieux rural et périurbain dans des conditions de précarité et de pauvreté extrêmes, dues essentiellement à une combinaison des facteurs ayant entravé le développement de ces milieux… C’est dans ce contexte que le Ministère du Développement rural a été créé pour relever le défi, par l’amélioration des conditions de vie des populations rurales et périurbaines. Pour moi ces défis se résument à la réalisation des infrastructures socioéconomiques de base regroupées autour de la trilogie Route – eau – électricité, sur toute l’étendue du territoire de la République, c’est-à-dire, 145 territoires et les 35 villes. Aujourd’hui c’est le secteur de l’eau qui est au centre de notre cérémonie. Notre objectif principal dans ce secteur est d’assurer l’accès à l’eau potable à toute le population rurale et périurbaine, par l’aménagement des sources d’eau, forages, construction et réhabilitation des systèmes d’approvisionnement en eau potable », a-t-il déclaré auparavant.

 

Tout en félicitant le secrétaire général au Développement rural pour son dévouement, le ministre a remercié la Banque africaine de développement (BAD) « non seulement pour le financement de ce projet, mais et surtout, pour avoir accepté de proroger le délai d’exécution de ce projet afin de permettre la réalisation de ces travaux à Mbuji-Mayi ». Et l’ingénieur Georges Koshi Gimeya, dans son mot introductif, a estimé que le Gouvernement est appelé à jouer un rôle primordial pour que tout Mbuji-Mayi puisse avoir de l’eau potable.

Une joie pour la population et une satisfaction pour PRISE

Dans une interview accordée à la presse, le coordonnateur national du projet PRISE a souligné que « c’est un ouf. Après plusieurs processus qui ont pris pratiquement trois ans. Ces travaux qui ont été attendus pendant plusieurs années au niveau de la ville de Mbuji-Mayi, vont effectivement commencer. Ce contrat aujourd’hui, mais les travaux débuteront dans trois mois après la mobilisation de l’entreprise au niveau de Mbuj-Mayi, pour un montant total de 26.204.113,56 dollars américains. C’est une grande joie pour la population bénéficiaire et une satisfaction au niveau de l’unité que nous coordonnons, sous ce financement de la Banque africaine de développement (BAD) ».

 

Et d'ajouter: « Nous visons approvisionner en eau potable environ 2,6 millions d’habitants pour l’entièreté de la ville de Mbuji-Mayi. En termes des travaux, nous atteignons 57 %. Mais nous ciblons deux grandes zones d’influence de la ville de Mbuji-Mayi. Puisque, il y a une deuxième phase des travaux qui est prévue et qui va, dans les semaines qui suivent, être signée avec un autre partenaire, à savoir la KFW au niveau de la Ragideso, pour l’entièreté de la ville de Mbuji-Mayi ». 

« Les travaux vont prendre 32 mois d’exécution. 3 mois c’est la période de mobilisation. Puisqu’aujourd’hui c’est la signature du contrat, l’entreprise doit amener des engins sur place au niveau de Mbuji-Mayi. Ce sont des engins lourds. Et puisque c’est un long processus, l’entreprise doit réévaluer ce qui est fait, recontacter les fabricants des pompes de manière plus détaillée. Voilà contractuellement il est prévu trois mois pour que l’entreprise puisse démarrer et poser la première pierre. Donc, le rendez-vous est donné pour le 20 décembre 2019 », a-t-il précisé.

A propos du PRISE

Le Projet de renforcement des infrastructures socio-économiques (PRISE) dans la zone centre de la Rdc a été lancé en 2014 dans le cadre du partenariat entre la Banque africaine de développement (BAD) et le Gouvernement de la République, à travers le Ministère du Développement rural. Cofinancé à hauteur de plus de 105,18 millions de dollars américains par le groupe de la BAD et le Gouvernement de la Rdc, il vise à contribuer à l’amélioration du cadre de vie des populations de plus de trente agglomérations de 10.000 à 25.000 habitants chacune, dans les deux provinces anciennes du Kasaï, autour de l’axe Ilebo –Tshikapa – Kananga – et Mbuji-Mayi. Notamment, en assurant l’accessibilité à l’eau potable et à l’assainissement aux populations des localités et des villes concernées ; en rendant un meilleur accès à l’éducation aux élèves et un meilleur accès aux soins de santé aux populations ; et aussi en assurant une autonomisation économique des femmes dans la ville de Mbuji-Mayi. 

Avec le Projet PRISE, 124 contrats ont été signés, dont 93 sur le développement des infrastructures, 15 sur l’étude de renforcement des capacités, et 13 pour la coordination et gestion du projet. A ce jour, 60 Ecoles primaires, 60 centres de santé, plus de 530 latrines publiques sont à l’étape de finissage dans les deux ex Kasaï. 

Ces infrastructures de base sont en train d’être équipées tant en matériel qu’en énergie solaire. A cela, il faut ajouter la construction à Mbuji-Mayi d’un Centre Multifonctionnel Genre équipé en meuble, matériel informatique et en matériel roulant ainsi que la réhabilitation du bureau de la Direction nationale de l’Hygiène.

En outre, la société Pan-China Group a été créée par le gouvernement chinois pour œuvrer dans le domaine de la construction et des infrastructures. Elle a des réalisations dans quelques pays d’Afrique, en l’occurrence l’Angola, la Namibie, etc. En Rdc, la société a été réceptionnée en 2006. 

Lepetit Baende 

Articles similaires