Programme d'urgence : Perenco promet une centrale électrique au gaz  de 100 mégawatts  

PAR Deskeco - 04 mar 2019, Dans Actualités

Après la présentation du programme d’urgence des 100 premiers jours du Président de la République, M. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le samedi 02 mars sur la Place Echangeur à Kinshasa, quelques entreprises tant publiques que privées, œuvrant dans différents domaines dont PERENCO, ont  présenté leurs différents projets pour appuyer ce plan prioritaire du nouveau Chef de l’Etat.

La société Perenco opère sur quatre permis pétroliers à Moanda dans la province du Kongo-central, pour la production du pétrole et du gaz.

Pour les 100 jours du Président de la République, le groupe Perenco s’engage à construire une centrale électrique fonctionnant au gaz produit dans ses concessions, ou tout autre gaz qui pourrait venir des concessions qui sont autour de Perenco. Ce, pour répondre au chapitre concernant l’accès des populations à l’énergie, dans le programme d’urgence du Président Félix Tshisekedi.

La représentante de Perenco a souligné que son groupe s’engage aussi dans la construction des lignes de transmission nécessaire à l’exploitation de l’électricité à produire. Cette centrale est d’une capacité initiale de 100 mégawatts.

Mais à terme, elle devra pouvoir générer jusqu’à 200 mégawatts, sur une période de 20 ans, a rassuré la représentante de Perenco. L’électricité produite sera vendue à des acheteurs privés, ainsi qu’à l’opérateur national, entendu, la Société nationale d’électricité (SNEL), a-t-elle indiqué.

Avantages du projet

Dans son allocution, la représentante de Perenco a souligné quelques avantages de ce projet de centrale électrique au gaz, qui est mis en œuvre en partenariat avec l’Etat congolais. D’abord, il va permettre l’amélioration du mix énergétique et une source d’énergie non dépendante des conditions météorologiques, vu les difficultés que connaît  le barrage hydroélectrique d’Inga, a-t-elle expliqué.

Ainsi, elle a soutenu que le projet va également permettre la réduction d’importation d’électricité en provenance des pays voisins, « qui souvent est coûteuse  et limitée dans sa capacité ». Et en plus, il va permettre la valorisation des ressources gazières nationales.

La construction de la ligne haute-tension de 220.000 volts, fait-elle remarquer, permettra la connexion entre Moanda et Inga, et pourra permettre aussi le développement des projets comme le port en eau profondes de Banana, et de pouvoir aussi approvisionner en électricité, Cabinda qui est à côté de Moanda. Elle a ajouté que les travaux de la construction de la ligne haute-tension bénéficieront également à la route Boma – Moanda, qui devra être réhabilitée dans le même temps.

« Nous ne parlons pas ici des emplois qui seront générés, que ça soit à Moanda, dans le Kongo-central, et même jusque dans le Katanga, parce que cet apport d’énergie va pouvoir permettre aux compagnies minières de pouvoir développer des projets qui sont pour le moment bloqués par manque d’énergie suffisante. Plusieurs sociétés minières d’ailleurs, a-t-elle indiqué à l’intention du Président de la République, ont déjà manifesté leur intérêt, ainsi que des cimentiers dans le Kongo-central », a déclaré la représentante du groupe Perenco.

Quant aux critères économiques de ce projet de centrale électrique au gaz, elle souligne qu’il va permettre des investissements de 180 millions de dollars américains. Lesquels vont générer des revenus au titre des participations de l’Etat, des participations de la société nationale (SNEL), d’une redevance à la Société nationale d’électricité, des paiements d’impôts sur le bénéfice, des paiements d’un coût de transport à la Société nationale d’électricité, « ce qui va renforcer sa capacité financière pour son développement et sa modernisation » ; des paiements de divers revenus liés au contrat de dans l’élaboration de ce projet.

Les revenus de l’Etat sont estimés à 40 millions de dollars américains à partir de 2021 pour une puissance de 100 mégawatts et peuvent aller jusqu’à 80 millions de dollars américains par an, pour une puissance de 220 mégawatts, a-t-elle affirmé. Ainsi, souligne-t-elle, sur une période de 20 ans, ce projet générera des revenus cumulés d’un montant de 800 millions USD pour l’Etat congolais et peuvent aller jusqu’à 1,5 milliards de dollars américains « parce que nous sommes confiants, nous avons suffisamment des ressources gazières dans le Kongo-central, et cette centrale est amenée à augmenter ».

Elle a enfin rassuré le Président de la République de l’accompagnement du groupe Perenco pour la réalisation de son programme.

Lepetit Baende

 
 

Articles similaires