RDC : fusion des consortiums Chinois et Espagnol impliqués dans le développement du Projet Inga 3

Inga fusion
PAR Deskeco - 10 aoû 2020, Dans Finances

Les consortiums Chinois et Espagnol impliqués dans le développement du projet Inga 3, la première des six phase du Grand Inga, ont signé le 7 août à Kinshasa un accord de fusion dans le cadre de la matérialisation de ce vaste barrage hydroélectrique en République démocratique du Congo, selon un tweet posté par Patrick Kabuya, chargé de communication de l’ADPI (Agence de développement du Projet  Grand Inga).

« Pas de géant pour Inga 3 : les consortiums chinois & espagnol viennent de fusionner, conformément à l'accord de développement exclusif signé depuis l'an 2018 », peut-on lire sur le compte tweeter de Patrick Kabuya pour qui après cette fusion, les prochaines étapes devraient être successivement la pose de la première pierre, la réalisation des études complémentaires, la création de la société de projet, les travaux préparatoires, le bouclage financier, la concession, la construction et enfin les contrats commerciaux.

Ce nouveau consortium unique est composé de six sociétés à majorité chinoises dont China Three Gorges Corporation (gestionnaire du gigantesque barrage des Trois-Gorges en Chine), une unité de State Grid Corporation et AEE Power Holdings Sarl d'Espagne. Au cours du premier semestre 2020, le groupe de BTP espagnol ACS s’est retiré du projet. Cependant, d’autres partenaires potentiels peuvent toujours s’associer à ce consortium unique, selon l’ADPI/RDC.

L’enjeu de la construction de Inga 3 est non seulement de pallier le déficit énergétique de sociétés minières implantées dans le Katanga en RDC mais aussi d’exporter une partie de l’énergie électrique pour alimenter l’industrie Sud-Africaine. Tout aussi, une partie de l’électricité produite devrait alimenter la population Congolaise. Le taux d’électrification en RDC est encore en déça de 15%.

C’est depuis octobre 2018 que les deux groupes Chinois et Espagnol avaient concouru pour ce projet en tant que Co-développeurs. D’une capacité de production de 11 000 mégawatts pour un coût d’investissement de 13,9 milliards USD, Inga 3 est la première de six phases du Grand Inga sur le fleuve Congo.

Amédée Mwarabu

 
 

Articles similaires