Kasaï Oriental : 33 ONGs dénoncent l’arrestation et la « détention abusive » de Claude Mianzuila lanceur d’alertes et expert en évaluation des diamants à Mbuji-Mayi

justice
PAR Deskeco - 06 aoû 2020, Dans Actualités

Dans une déclaration parvenue à DESKECO.COM ce jeudi 06 août, trente-trois (33) Organisations membres de la Coordination des Organisations de la Société Civile, œuvrant pour la promotion de la gouvernance des ressources naturelles en RDC dénoncent l’arrestation et la « détention abusive » depuis le 04 juillet, de M. Claude Mianzuila Disimba, lanceur d’alertes et expert en évaluation des diamants bruts à Mbuji-Mayi dans la Province du Kasaï Oriental.

Ces organisations de la société civile estiment que son arrestation est due à ses prises de positions qui taclent les malversations financières qui ont lieu au sein de la Minière de Bakwanga (MIBA).

« Pour avoir tiré la sonnette d’alarme sur les malversations financières au sein de la MIBA (Minière de Bakwanga), entreprise du portefeuille de l’Etat du secteur minier en difficulté depuis deux décennies à cause de la mauvaise gestion, M. Claude MIANZUILA a été illégalement arrêté depuis le 04 Juillet 2020 par la Police Nationale Congolaise avant d’être transféré quelques jours plus tard au Parquet Secondaire près le Tribunal de Paix de Mbuji-Mayi », renseigne cette déclaration

En outre, les Organisations signataires de la présente déclaration dénoncent l’instrumentalisation des instances judiciaires de Mbuji-Mayi par Mme Linda KABU MUKENDI, épouse de M. Jean Claude MAMPUYA, Directeur Financier de la MIBA, certains hommes d’affaires et autorités judiciaires impliqués dans les malversations à la MIBA qui ont fait arrêter et détenir, à les en croire, abusivement M. Claude MIANZUILA pour de prétendues infractions d’imputations dommageables et d’injures publiques.

Ladite déclaration renseigne également qu’en date du 05 Août 2020, le Tribunal de Paix de Mbuji-Mayi a tenu la première audience dans le dossier de M. Claude MIANZUILA. Au cours de cette audience, les Avocats de M. Claude MIANZUILA ont sollicité sa mise en liberté provisoire, à défaut de la main levée de la détention, en attendant la poursuite de l’instruction de ce dossier vide et fantaisiste.

Ce caucus des organisations membres de la coordination constate avec préoccupation la résurgence depuis le début de cette année 2020 des actes d’intimidations et des entraves à l’exercice des libertés publiques dirigés essentiellement contre les acteurs sociaux (journalistes, défenseurs des droits humains, activistes des mouvements citoyens, lanceurs d’alerte, avocats,) et les opérateurs politiques discordants. 

Au regard de l’actuelle situation, ces organisations signataires demandent au président de la République, de faire respecter sa promesse de garantir le libre exercice des libertés publiques en République Démocratique du Congo. Elles appellent le Tribunal de Paix de Mbuji-Mayi d’ordonner la main levée de la détention abusive de M. Claude MIANZUILA. Et au Comité de gestion et aux agents de la MIBA de s’abstenir de tout acte d’instrumentalisation des instances judiciaires pour faire taire les acteurs sociaux qui font leur travail citoyen de surveillance du fonctionnement des entreprises du portefeuille de l’Etat.

Jordan MAYENIKINI

 
 

Articles similaires