Tapez pour rechercher

Analyses

Si le rythme de 4 à 5 de taux de croissance est maintenu, la RDC peut atteindre 10.000 USD de PIB par habitant à l’horizon 2050

Partager

Les réserves internationales de la RDC sont passées de 845 millions à 1,016 milliard USD au 19 mars, annonce une note d’information du ministère des Finances sur la situation économique et financière de la RDC. Sur DESKECO.COM, Dede MULOSSA KASHAMA NKOYI., spécialiste  des questions économiques, de finances publiques et de la monnaie, envisage même des meilleures perspectives sur les efforts se poursuivent.

Une courbe ascendante

« Depuis 1997, la RDC est sur une courbe ascendante pour ce qui est du niveau de l’activité économique. De 3 milliard USD de PIB, nous sommes à environ 50 milliards USD  sur 20 ans. Le budget de l’Etat est passé de 120 millions en 1997 à 4 ou 5 milliards actuellement. Il y a aussi des réserves de change qui étaient négatifs. Aujourd’hui nous sommes à 1.016.00.000 USD, ce sont des performances énormes. Et pour ce qui est de perspectives d’avenir avec toutes les mesures qui sont prises pour encadrer les recettes dans les secteurs porteurs de croissance surtout le secteur des mines, on peut attendre des meilleures performances. La moyenne de recette de deux mois est de 500 milliards de franc congolais, c’est–à-dire à peu près 380 millions de dollars par mois. Et pour ce qui est de l’avenir en moyen terme, si on maintient le rythme de 4 à 5 comme taux de croissance annuelle, le Congo peut atteindre ou dépasser le mille milliard USD. Si on y met un peu plus d’efforts sur les investissements publics avec un meilleur encadrement des investissements privés, on peut dépasser les deux mille milliards USD, c »est-à-dire 10.000 USD par tête d’habitant à l’horizon 2050».

Davantage d’efforts à fournir

« Il y a encore d’autres demandes puisque nous sommes en retard en ce qui concerne la création d’emploi. Avec une population qui avoisinerait le 200 millions, on sera autour de 10 milles dollars par tête d’habitant. Si les efforts continuent à être faits, il n’y a pas un pays africain qui aura une perspective comme la RDC, nous serons parmi les 30 pays qui possèdent les poids économiques le plus important ».

Dede MULOSSA KASHAMA NKOYI finalise son ouvrage sur le plan de construction du Congo pour les 30 prochaines années.

 

1 Comments

Laisser un commentaire