Tapez pour rechercher

Entreprises

RDC : La suspension de l’exportation du cobalt de Kamoto serait plutôt une bonne affaire pour Glencore

Partager

Le système minier mondial a vécu comme un séisme la nouvelle de la suspension de l’exportation du cobalt suite un niveau inquiétant d’uranium récemment détecté dans l’hydroxyde de cobalt produit au projet Kamoto (RDC) à des niveaux supérieurs à la limite acceptable autorisée pour l’exportation du produit à travers les principaux ports africains.

L’action en bourse Katanga Mining Ltd, détenue en majorité par la multinationale anglo-suisse Glencore, avait perdu 20% de sa valeur après cette annonce.

Pour remédier à cette situation, Katanga Mining Ltd annonce la construction d’un système d’échange d’ions, d’un coût d’environ 25 millions de dollars et la production pourrait reprendre en milieu de l’année prochaine.

Selon certains analystes, cette nouvelle pourrait bien aider Glencore à faire des bonnes affaires. Ils soupçonnent Glencore d’avoir choisi le bon moment pour gérer son offre afin de répondre à la demande (le groupe anglo-suisse négocierait actuellement des contrats d’approvisionnement pour 2019).

Il faut dire qu’après la flambée des prix l’année dernière, l’engouement pour le cobalt s’est estompé (5,6%, cette année), en partie à cause de la montée en flèche des nouvelles offres.

Bloomberg, par exemple, rappelle que le géant suisse avait réduit la production de zinc dans les mines en Australie, au Pérou et au Kazakhstan en 2015, lorsque les prix avaient atteint leurs plus bas niveaux en six ans. La même stratégie avait été utilisée sur le charbon lorsque les prix avaient chuté.

Laisser un commentaire