Tapez pour rechercher

Actualités

La DGI encourage les contribuables à payer les impôts sur le bénéfice au risque de subir des pénalités

Partager

L’échéance annuelle 2017 de paiement de l’impôt sur les bénéfices et profit ainsi que l’impôt sur les micro-entreprises est arrivée à son terme le 30 avril 2018.

Les directeurs généraux adjoints de la DGI ont effectué une descente dans les différents centres d’impôts synthétiques à Kinshasa pour palper du doigt l’évolution de paiement par les contribuables. Lilie Muvova, DGA chargée des questions administratives et financières et Ngoy Yav, chargé des questions fiscales et des réformes se disent satisfaits du constat fait sur le terrain.

“Tout se passe très bien, la plupart des contribuables se sont acquittés de leurs obligations fiscales. C’est ce que nous avons constaté dans les différents centres d’impôts synthétiques. Au niveau de la direction des grandes entreprises, c’est le même constat. Les contribuables ont pris à  cœur cette obligation fiscale. Mais cela est le fruit de la campagne de vulgarisation et d’information que nous avons lancé pour attirer l’attention de tous les contribuables”, a dit Ngoy  Yav, DGA de la DGI.

Pour lui, les opérateurs économiques qui ne vont pas se conformer à la loi seront contraints de payer des pénalités.

“On va leur appliquer les dispositions de la loi en la matière. D’abord ils seront relancés.  S’ils ne réagissent pas ils vont être taxés d’office. Nous allons atteindre les assignations qui nous ont été données. Et le montant global, nous allons le donner après compilation, toutes les déclarations y compris celles du Katanga”, a-t-il indiqué.

Trois catégories de contribuables sont concernés par l’impôt sur les bénéfices.  Il s’agit des grandes, moyennes et petites entreprises. Les grandes entreprises sollicitent le formulaire de souscription à la direction des grandes entreprises, les moyennes aux centres d’impôts ou les sièges des directions  provinciales des impôts tandis que les petites et micros entreprises sont gérées par les centres synthétiques d’impôts.

Rachel Kitsita

Laisser un commentaire